Inscrivez-vous à notre lettre d’information :

Les circuits au Liban

  • Liban Le Liban après Daesh 8 jours
  • Liban 8 jours

    Le Liban après Daesh (G006)

    Quelques points forts :

    • Voyage dirigé par Antoine Assaf, écrivain, essayiste, docteur ès Lettres (IHEDN)
    • Rencontres quotidiennes organisées avec des personnalités locales (chrétiens, druzes, chiites, du Hezbollah)
    • Visite du site de Baalbeck
    • Découverte du Liban : de Tyr à Tripoli et de Beyrouth à Baalbeck, en passant par Bcharreh et Qozhaya.

Les plus beaux sites au Liban :

Anjar

Anjar

Anjar est le seul site libanais datant de la dynastie des Omeyyades (première dynastie de l'Islam). Il n'a été découvert par les archéologues qu'à la fin des années 1940 et a été inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité en 1984. Même s’il est moins célèbre que le site de Baalbeck, il impressionne par la richesse des vestiges qui nous sont parvenus. Le fait que cette cité n'ait vécu que quelques décennies n’a en rien influencé son importance géographique et démographique.  Anjar était un véritable comptoir commercial, notamment en raison de sa situation stratégique, à l’intersection de la route Beyrouth-Damas (ouest-est), et celle de Homs-Baalbeck-Sud Liban.

Baalbek

Baalbek

Situé dans la plaine de la Bekaa, Baalbek, est le site incontournable du Liban ! Cité du dieu soleil Baal, il est inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Parmi les ruines, on retrouve les vestiges des temples de Jupiter (dont il reste six colonnes de granit), de Bacchus (l'un des temples les mieux conservés du monde gréco-romain) et de Vénus. Ils sont les témoins de la richesse et de la puissance de l’Empire Romain.

Beiteddine

Beiteddine

Situé dans la région du Chouf, la ville de Beiteddine est une ville habitée en majorité par des maronites. Elle abrite un palais considéré comme « l’Alhambra du Liban ». Construit entre 1800 et 1840, il est composé de 3 parties : le Midan (large cour) et le Madafa (bâtiment utilisé pour l’hébergement des hôtes du palais),  le Dar el Wousta (les salles de réception ornées de marbre et de bois rares sculptés) et enfin le Harem (cuisine et bains). Il est d’une beauté surprenante.

 

Beyrouth

Beyrouth

Beyrouth, capitale du Liban, a été détruite et reconstruite sept fois au cours des siècles ; c'est une ville immortelle, trépidante et cosmopolite. Les beyrouthins sont chaleureux et accueillants, vous serez surpris par leur sociabilité. Si la guerre a laissé des stigmates encore visibles, elle a aussi permis une reconstruction organisée et une restauration moderne de ses infrastructures. La corniche qui longe le front de mer, appelée « El Raouché » offre une balade très agréable en fin de journée. Dans le centre-ville, vous pourrez alterner entre dégustations de pâtisseries, cafés en terrasse et visites culturelles. En effet, vous n’aurez que l’embarras du choix entre le musée national, les édifices religieux comme la cathédrale grecque orthodoxe de Saint Georges, l’église Saint Georges et la mosquée Mohammed Al Amin, les thermes romains et le marché de Bourj Hammoud.

Byblos

Byblos

Byblos, ou "Jbeil" en arabe, est une petite ville portuaire à 37 km au nord de Beyrouth. Elle a la particularité d’être habitée de manière continue depuis plus de 7 000 ans, ce qui en fait l'une des plus anciennes villes du monde. Les traces les plus anciennes d’une occupation humaine sur le site sont celles d’un village de pêcheurs du Néolithique, établi probablement vers 5000 av. J.C.
Les fouilles archéologiques ont permis de révéler un site antique dans lequel on a retrouvé le temple de Baalat Gebal, le temps aux Obélisques, la Nécropole Royale.
Ne repartez pas sans avoir fait une halte au port pour admirer la vue.

 

Deir el-Qamar

Deir el-Qamar

Accroché au flanc de la montagne au coeur du fief des Druzes, Deir el-Qamar fascine quiconque la visite. Dotée d’un cadre architectural médiéval des plus somptueux, la ville capitale des Emirs du Liban est, sans doute, l’une des rares bourgades libanaises ayant réussi à préserver son authenticité et son cachet particulier qui reflètent une douceur de vivre incomparable. Les plus célèbres sites à visiter sont : la mosquée de Fakhreddine Ier de style mamelouk construite en 1493, la Kayssaryé, la Municipalité, l’Eglise... Deir el-Qamar compte également une synagogue datant de l’époque Maanite.

Jounieh

Jounieh

Située à 20 km au nord de Beyrouth, Jounieh est une ville côtière principalement habitée par des chrétiens Maronites. Elle possède quelques attraits touristiques non négligeables. En effet, au-delà de sa baie,  elle accueille le plus grand casino du Liban et de tout le Moyen-Orient. On trouve également le musée du patrimoine libanais qui expose des objets liés à la culture et à l'histoire du pays. Enfin, plus ludique, un téléphérique relie Jounieh au petit village d'Harissa et à Notre Dame du Liban. Le trajet offre une vue splendide sur toute la côte.

 

Les Cèdres de Dieu

Les Cèdres de Dieu

Situé sur le Mont Makmel, à 2000 m d'altitude, à l'est du village de Bcharré, le site des « Cèdres de Dieu » tient son nom de l’arbre, symbole national du Liban, considéré comme sacré.
Jadis très prisés pour la construction de grands édifices religieux, ils ont été surexploités. Aujourd’hui le site de la forêt des Cèdres est classé « réserve forestière ». Parmi les arbres remarquables, on trouve le Cèdre de Lamartine sur le tronc duquel une plaque commémorat,ive a été posée en souvenir du passage dans la région du poète en 1832 ainsi qu’une dizaine d’arbres millénaires. Si cette forêt n’est plus aussi impressionnante que par le passé, elle reste une agréable promenade en pleine nature, d’où l’on peut admirer de magnifiques paysages.

Monastère de Qozhaya

Monastère de Qozhaya

Situé au cœur de la vallée sainte de la Qadisha (classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1998 comme l’un des sites chrétiens les plus importants au monde), le monastère de Qozhaya, qui signifie « trésor vivant », est juché à 950 m d’altitude dans une gorge sauvage.
C’est un lieu de pèlerinage pour les touristes et les croyants comprenant une grotte, des ermitages et une imprimerie qui constitue la base essentielle de la renaissance de l’impression au Liban et en Orient.
Du monastère, une superbe vue sur la vallée de la Qadisha s’offre à vous. Les versants escarpés sont parsemés de pins, de genévriers, de chênes ainsi que d’arbres fruitiers qui justifient la vie ascète qui fut très présente dans cette vallée.

Sidon (Saida)

Sidon (Saida)

Ville portuaire Phénicienne située à 40 km au sud de Beyrouth, Sidon compte parmi les plus importantes cités de la côte libanaise. On y visite le Château de la mer (héritage des Croisés), le château de la terre (Château de Saint-Louis) et le Khan des Franj (la maison des Français). Une balade dans les vieux souks est aussi vivement recommandée. C’est un lieu très vivant regroupant commerçants de tous genres, avec d'authentiques artisans et cafés.

 

Tripoli

Tripoli

Située à 85 kilomètres au nord de Beyrouth, Tripoli a un caractère spécial qui lui est propre grâce à sa richesse historique. Connue comme la capitale du Nord, elle fut fondée par la confédération de trois villes phéniciennes : Sidon,  Tyr et l’île Arados, en 800 avant JC. Beaucoup de ses principaux monuments remontent à l’époque islamique, comme la Grande Mosquée, la Mosquée Taynal, les Madrasas, les Khans (caravansérails) et les Souks. La forteresse des Croisés construite par Raymond de Saint Gilles domine la ville ancienne depuis 1102.

Tyr

Tyr

Souvent classée parmi les zones à risques du Liban, Tyr pâtit de cette mauvaise réputation. Pourtant cette ville s’affirme comme un détour incontournable. En effet, Tyr est la plus grande ville du Sud-Liban. La visite se transforme très vite en un retour vers le passé. Un passé qui se transforme en histoire, et une histoire qui aide à comprendre le présent du Liban. Elle est classée au Patrimoine Culturel de l’UNESCO pour son superbe décor composé de trésors antiques : un Arc de Triomphe, édifié au IIe siècle après J.C, une Nécropole, une voie romaine à colonnade (repavée à l’époque Byzantine), une collection incroyable de sarcophages sculptés, ainsi qu’un hippodrome (l'un des plus vastes du monde romain, pouvant réunir plus de 30 000 spectateurs).

Vallée de la Qadisha

Vallée de la Qadisha

La vallée de la Qadisha (qui signifie « saint » en syriaque) est une région chrétienne, qui comporte de nombreux monastères. A partir du Xe siècle, la communauté maronite a trouvé refuge sur ces terres, où se trouvent des sites chrétiens parmi les plus anciens du Moyen-Orient.
Ce site est en fait composé de deux vallées qui se rejoignent à l'ouest nommée chacune selon un monastère : la vallée de Qannoubine au sud (du nom du monastère de Notre-Dame de Qannoubine) et la vallée de Qozhaya (Kozhaya) au nord (du nom du monastère Saint Antoine de Qozhaya).

Zahlé

Zahlé

A mi chemin entre le Nord et le Sud, l'Est et l'Ouest, Zahlé est surtout reconnue au Liban comme un lieu de détente et de villégiature familiale, en particulier pour les nombreux restaurants qui longent la rivière Nahr el-Berdawni. C’est une ville étape où vous pourrez faire une halte pour découvrir la gastronomie locale et l’arak (alcool anisé local).