Les circuits aux Philippines - 1 voyage

  • Philippines Bâtisseurs de rizières et... 18 jours
  • Philippines 18 jours

    Bâtisseurs de rizières et pêcheurs des îles (A237)

    Quelques points forts :

    • Une découverte complète des Philippines
    • Les sites UNESCO : églises baroques, Vigan, rizières en terrasses
    • Les "collines de chocolat" de l'île de Bohol (liste indicative UNESCO)
    • La vieille ville de Manille et son cimetière chinois où les caveaux ressemblent à des villas cossues
    • Les célèbres rizières de Banaue et Batad et les grottes funéraires sacrées de Sagada
    • Le parc national de Saint Paul et sa rivière souterraine dans l'île de Palawan
    • Une fenêtre garantie par personne dans les véhicules

Le voyage aux Philippines

Voyager aux Philippines, c’est partir à la découverte d’un monde composite d’environ 300 000 km2, constitué de 7 641 îles ! On dit que les Philippines seraient apparues à la suite de violents mouvements de soulèvement et dépression de la plaque continentale asiatique. A cette géographie éclatée répond une population riche de plusieurs strates successives. Les premières migrations vinrent de Taiwan vers 2000 av. J.-C. Puis, les marchands chinois, indiens, arabes et indonésiens se précipitèrent pour troquer céramiques, textiles, métaux contre des perles, du corail, de l'or, du riz et du poisson séché. Les Philippines passèrent ensuite sous la domination de royaumes maritimes indo-malais. Les musulmans arrivèrent à partir de 1300. Les européens, avec Magellan, commencèrent à se manifester en 1521 et, même si ce dernier y fut tué, l'archipel entra dans l'Empire colonial espagnol à partir de 1565. Manille, la capitale d’aujourd’hui, est fondée en 1571. L’Espagne gèrera l’archipel de loin, le plus souvent à partir du Mexique, laissant à l’Eglise catholique le loisir de s’établir fortement dans le pays ; d’où la prééminence exceptionnelle du Christianisme pour un pays d’Asie avec 90% de pratiquants. Les espagnols se lassèrent et finir par vendre l’archipel aux États-Unis pour 20 millions de dollars en 1898. Les nouveaux maîtres ne furent guère délicats et massacrèrent 15% de la population qui manifestait alors quelques velléités indépendantistes… La Seconde Guerre Mondiale permit alors aux japonais d’occuper le pays jusqu’au 4 juillet 1946, date de l’indépendance des Philippines.Le pays, après la parenthèse dictatoriale de la famille Marcos, est désormais aux mains d’une oligarchie politique et économique qui détient le pouvoir dans le cadre d’une démocratie musclée…

En dépit de ce contexte, l’Archipel des Philippines, regorge de trésors naturels et architecturaux, consacrés par l’UNESCO, comme les fameuses rizières de Banaue, la rivière souterraine de Puerto Princesa, la magnifique cité coloniale de Vigan, de superbes églises baroques et bien d’autres merveilles encore… La complexité du pays et de sa population se retrouvera enfin dans la cuisine, savoureuse synthèse d’influences culturelles multiples (indienne, chinoise, espagnole, américaine) qu’a connues le pays à travers le temps.