Nos circuits en Égypte - 2 voyages

  • Egypte Au fil du Nil 18 jours
  • Egypte Au pays de Ramsès 9 jours
  • Egypte 18 jours

    Au fil du Nil (A303)

    Départ garanti > Mardi 3 Novembre 2020

    Quelques points forts :

    • Le delta du Nil et sa capitale, Alexandrie
    • Les monastères du Wadi Natroun
    • Les Pyramides de Gizeh et de Saqqarah
    • Des visites approfondies du Caire
    • 3 nuits à bord d'un dahabieh, depuis Esna jusqu'à Assouan
    • Edfou, Louxor, Abydos et Dendera : les plus beaux temples des bords du Nil
  • Egypte 9 jours

    Au pays de Ramsès (F102)

    Quelques points forts :

    • 50% de réduction pour les enfant jusqu'à 11 ans, 5% de réduction de 12 à 17 ans (voir conditions au programme)
    • 3 jours de navigation à bord d’un sandal
    • Les promenades à pied dans les champs irrigués et en bordure du désert
    • Un accompagnateur égyptien qui racontera l’histoire de l’Egypte aux enfants
    • Des hôtels confortables avec piscine à Louxor, au Caire et à Assouan
    • Le centre Fagnoon au Caire, un lieu d’échange et d’expérimentation pour les enfants

Le voyage en Égypte

Voyager au pays de Ramsès, de Toutankhamon ou d’Alexandre le Grand, c’est vivre sept millénaires d’Histoire, le long du Nil d’Alexandrie à Abou Simbel.

A Alexandrie et dans le fertile delta du Nil, on évoquera le phare légendaire et la pierre de Rosette, et on découvrira les monastères coptes du Wadi el Fayoum.

Un peu plus bas, la seule des sept merveilles du monde toujours visible : la pyramide de Khéops, le Sphinx symbole éternel du pays, et le trésor de Toutankhamon bientôt dans le nouveau musée du Caire.

On naviguera ensuite sur le Nil pour rejoindre la région de Louxor gorgée de trésors, comme le temple de Karnak, la vallée des Rois et des Reines, les Colosses de Memnon ou les joyaux méconnus des temples d’Abydos et de Denderah. On atteindra plus bas Assouan et d’autres sites incontournables : l’île de Philaé, l’île Elephantine ou le musée de la Nubie.

On arrivera enfin au point culminant du voyage : les temples d’Abou Simbel et les colosses remontés de 64m au-dessus de leurs emplacements d’origine, à l’occasion de la construction du grand barrage, un projet pharaonique !

Dernière étape avant le retour : on ira admirer les plus beaux récifs coralliens du monde en faisant une escapade à Hourghada.

L'Égypte en vidéo

Les plus beaux sites en Égypte :

Abou Simbel

Abou Simbel

Construits sur ordre de Ramsès II pour illustrer la puissance du Pharaon, les deux temples rupestres d’Abou Simbel sont nichés face au Nil au pied de deux collines.  L’un est dédié à la gloire d’Horus vivant, incarné par le pharaon d’Égypte Ramsès II, tandis que l’autre est dédié à la déesse Hathor, épouse d’Horus personnifiée par la reine Néfertari. Sur la façade du temple de Ramsès II, aussi appelé Grand Temple, se dressent quatre statues monumentales de 20 m de haut dont les traits, magnifiquement sculptés, sont d’une élégance rare. Au lever du soleil, ces colosses royaux semblent vous attendre depuis l’éternité…
Le temple de Néfertari, ou le Petit Temple, constitue le premier sanctuaire d’Égypte édifié en l’honneur d’une épouse royale. En effet Ramsès II dévoua à la reine un amour profond dont on retrouve aujourd’hui le vibrant témoignage. À l’instar du temple de Ramsès II, la façade du temple de Néfertari présente six colosses royaux de plus de 10 m de haut, gracieusement sculptés à l’effigie du roi et de la reine.

Abydos

Abydos

Situé sur la rive gauche du Nil, Abydos fut autrefois un haut lieu de culte du dieu Osiris, constituant le plus vénéré des pèlerinages. Le site, habité depuis la préhistoire, abrite toutes sépultures des rois thinites de la Première dynastie (3100 à 2900 av. J.-C.), et quelques-unes de la Deuxième (2900 à 2700 av. J.-C.). Enrichi par les pèlerins et les pharaons au fil du temps, Abydos regroupe un ensemble de temples, dont le temple de Séthi I, véritable chef-d’œuvre de l’art de l’Égypte ancienne présentant de magnifiques reliefs, l’Osiréion, un mystérieux tombeau, ou le temple de Ramsès II dont il ne subsiste que la base des murs, mais qui laisse aisément imaginer sa splendeur d’antan.

Alexandrie

Alexandrie

Ville moderne ouverte sur le monde, Alexandrie est une ville méditerranéenne qui profite d’un doux climat. Fondée en 331 av. J.-C. par Alexandre le Grand, elle fut la capitale de l’Égypte jusqu’en 31 av. J.-C., et le théâtre où se joua le devenir du pays entre Cléopâtre et Rome. Si elle ne présente pas d’impressionnants héritages de l’Égypte ancienne, la ville possède de beaux palais ottomans et quelques vestiges antiques témoignant de la fusion des civilisations pharaonique et gréco-romaine. Entre une balade au cœur de la vieille ville le long de la baie et une flânerie au centre-ville, il est agréable d’y déguster du poisson ou des crustacés, ceux-ci étant réputés pour être les meilleurs du pays.

Amarna

Amarna

Amarna, située dans la Vallée du Nil dans un écrin de falaise, fut la capitale d’Égypte sous le règne du pharaon Aménophis IV, connu plus tard sous le nom de Akhénaton. Prenant alors le nom de Akhétaton et dédiée au nouveau dieu tutélaire Aton, elle fut fondée vers 1360 av. J.-C. On y trouve aujourd’hui les vestiges de la cité, réduits pour la plupart à l’état d’arasement, dont un palais, deux temples et plusieurs maisons. La nécropole, elle, est en meilleur état ; les tombeaux creusés dans la roche, dédiés aux dignitaires de la cour, sont encore bien conservés et présentent d’intéressants bas-reliefs.

Assouan

Assouan

Située à quelques kilomètres au nord du Lac Nasser, la ville d’Assouan s’étire le long de la rive droite du Nil, offrant de superbes paysages d’eau, d’îles et de maisons colorées, ainsi que de magnifiques promenades à pied ou en calèche dans la ville, ou en felouque sur les eaux bleues du Nil. En Face d’Assouan se trouve l’île Éléphantine, qui doit son nom à la forme de ses rochers évoquant la silhouette d’un éléphant. Elle abrite un site archéologique ainsi qu’un musée. À sa gauche, plus petite, se trouve l’île Kitchener et son étonnant jardin botanique. Notons les villages nubiens, situés au nord de la ville, dont les maisons de terre, ornées de peintures pastels, évoquent l’Afrique. En effet, Assouan était autrefois une porte d’entrée commerciale vers l’Afrique, d’où affluaient des caravanes chargées d’ivoire, d’ébène, de peaux, d’encens et d’or.

Beni Hassan

Beni Hassan

La nécropole de Beni Hassan se situe dans la vallée du Nil, à un peu moins de 300 kilomètres au sud du Caire. Creusée à même la roche entre la XIe dynastie (2350 à 2200 av. J.-C.) et la XIIe (2200 à 2150 av. J.-C.), elle abrite les tombeaux de grands seigneurs féodaux qui possédaient, sous la suzeraineté du pharaon, les pleins pouvoirs. On y trouve 39 hypogées dont seulement une dizaine sont ornées de colonnes et de peintures décrivant des travaux agricoles, les arts et métiers, ainsi que la vie militaire et féodale, caractéristique importante du rôle qu’ont eu les défunts.

Dendérah

Dendérah

Située sur la rive gauche du Nil, à environ 75 km au nord de Louxor, Dendérah est une très vieille ville, ancienne capitale de Haute Égypte dont les origines remonteraient à la Préhistoire. Construit à l’époque gréco-romaine en 54 av. J.-C. et seul vestige de la cité, le temple de Dendérah, dédié à la déesse de l’amour Hathor, est très bien conservé et possède de magnifiques murs, plafonds et colonnes ornés de hiéroglyphes et de superbes reliefs, évoquant le voyage quotidien de la lune et du soleil, les signes du zodiaque ainsi qu’une représentation de l’univers, démontrant ainsi une connaissance très avancée en astrologie.

Edfou

Edfou

Capitale du IIe nome de Haute Égypte, Edfou est une très vieille cité qui fut prospère et florissante depuis les premières dynasties égyptiennes. S’il ne reste rien de la ville aujourd’hui, ses vestiges étant encore ensevelis, le temple d’Edfou, dédié au dieu faucon Horus, constitue le temple le mieux préservé de toute la vallée du Nil. Construit à l’époque ptolémaïque, il fut le « siège d’Horus » ; des fêtes étaient célébrées tout au long de l’année en l’honneur du dieu. On retrouve sur les parois d’Edfou des textes gravés et de magnifiques reliefs illustrant le déroulement détaillé des cérémonies.

Gizeh

Gizeh

Mondialement connu pour ses majestueuses pyramides et son Sphinx, le plateau de Gizeh se trouve à une dizaine de kilomètres au sud-ouest du Caire. Là, se dressent trois cônes triangulaires parfaits, illustrant par leurs dimensions une véritable prouesse technique dont le procédé est encore mystérieux : la pyramide de Khéops, ou la Grande Pyramide, qui constitue la plus haute pyramide d’Égypte ancienne avec une hauteur d’origine de 146 mètres, puis la pyramide de Khéphren et celle de Mykérinos. Édifiés il y a plus de 4 500 ans, ces monuments servaient de demeures éternelles aux pharaons ; ils abritaient en leur sein, dans une chambre funéraire, les sarcophages contenant les momies du roi et de la reine.
À côté de ces imposants monuments, le Sphinx de Gizeh, tout aussi impressionnant avec ses 72 mètres de long et 20 de hauteur, est la statue la plus monumentale laissée par les anciens égyptiens. Selon les dernières hypothèses émises, le Sphinx serait la matérialisation du dieu Horus incarné par le pharaon Khéphren durant son règne.

Karnak

Karnak

Le temple de Karnak, situé à trois kilomètres au nord de la ville de Louxor, est dédié à la divinité suprême Amon, dieu dynastique depuis le Nouvel Empire. Lieu de culte depuis la IIIe dynastie (2700 à 2620 av. J.-C.), il constitue le plus vaste complexe cultuel jamais construit par une civilisation. Ce fut autrefois une véritable cité religieuse, entourée d’une enceinte de briques crues la séparant du monde profane. On y trouve le temple principal, des temples secondaires, les maisons des prêtres, ainsi qu’un lac sacré relié au Nil par un canal souterrain.

Kôm Ombo

Kôm Ombo

Dans un paysage de champs, de jardins et de palmiers, le temple de Kôm Ombo, situé à 45 km au nord d’Assouan, offre l’un des plus beaux tableaux de Haute Égypte. Construit à l’époque gréco-romaine, le temple est dédié aux dieux Haroéris ou Horus le Grand sous la forme d’un faucon, et Sobek, le dieu à tête de crocodile. Il possède de beaux reliefs et ornements qui ont partiellement conservé leurs couleurs d’origine.

Lac Nasser

Lac Nasser

Le lac Nasser s’étend sur 550 km entre Assouan et Abou Simbel, offrant de magnifiques croisières dans des paysages grandioses d’eau et de désert. Il est bordé de temples nubiens accessibles uniquement par bateau, comme les temples de Wadi Es-Séboua. Le premier temple, construit sur ordre de Ramsès II, est étonnamment bien conservé et possède une très belle allée de sphinx qui lui valut au temple son nom Wadi es-Séboua, la « Vallée des Lions ». Le deuxième temple, le temple de Dakké, date de l’époque ptolémaïque et est dédié au dieu Thot.
Le site d’Amada constitue également une étape importante lors de la croisière sur le lac Nasser. Il abrite trois monuments pharaoniques : le temple d’Amada et ses magnifiques reliefs, les temple de Derr, et la tombe de Pennout, un haut dignitaire.

Le Caire

Le Caire

Fondée en 641 de notre ère, la ville du Caire est très vite devenue la capitale de l’Égypte musulmane, et est aujourd’hui la première métropole du Proche Orient. Ses palais dignes des Mille et une nuits, ses magnifiques monuments mamelouks, et le quartier de la citadelle avec ses splendides mosquées font du Caire une ville royale et prestigieuse, tandis que les charmantes ruelles de la ville médiévale et la ville islamique, parsemée de bâtiments constituant de véritables chefs-d’œuvre de l’architecture mondiale, octroient à la ville une atmosphère orientale unique et attachante. On y découvre des vendeurs de rue, des cafés, une vie nocturne animée et, surtout, une joie de vivre.

Louxor

Louxor

La ville de Louxor se trouve au bord du Nil, à 720 km au sud du Caire. À son emplacement se tenait autrefois la ville antique de Thèbes, la plus illustre capitale du temps ; on y retrouve de superbes temples et palais qui permettent aisément d’imaginer la splendeur d’antan de Thèbes, dont le dieu tutélaire était Amon. Planté au beau milieu de la ville, le temple de Louxor impressionne par son élégance, ses statues monumentales et sa prestigieuse allée de sphinx. Notons le musée archéologique, et sa magnifique collection de statues et reliefs à l’effigie de pharaons, reines, vizirs, dieux et déesses.

Nécropole thébaine

Nécropole thébaine

Située sur la rive gauche du Nil, en face de Louxor, la nécropole thébaine est une immense vallée parsemée de centaines de temples et tombeaux royaux ; au début du Nouvel Empire, les pharaons préférèrent, aux imposantes pyramides, de profonds hypogées creusés dans la montagne thébaine en guise de demeure éternelle.
La Vallée des Rois abrite 62 tombes de pharaons, dont Toutankhamon ou Youya et Touyou, datant des XVIIIe et XIXe dynasties. Les parois des tombeaux sont ornées de reliefs et peintures décrivant des scènes à caractère religieux et magique selon les livres royaux.
La Vallée des Reines accueillit les sépultures des princes de la famille royale, puis des reines à partir des Ramessides et, enfin, des prêtres et fonctionnaires au service du dieu Amon. On y trouve l’hypogée de Néfertari, véritable merveille de toute la nécropole dont les couleurs sont magnifiquement préservées.
La Vallée des Nobles abrite des nécropoles civiles, où sont décrites des scènes de la vie quotidienne rappelant le monde des vivants, ainsi que les fonctions qu’exerçaient les hauts dignitaires. Ces tombes, dont les couleurs sont très bien conservées, datent pour la plupart des XVIIIe et XIXe dynasties.
Deir el-Bahari, le temple funéraire de la reine Hatchepsout, est unique par son architecture. Niché au pied d’une falaise, il est formé par trois terrasses superposées, créant un décor grandiose.

Philae

Philae

Au sud de la ville d’Assouan se trouve, au milieu du Nil, l’île de Philae. Au-dessus des lauriers roses et des acacias s’y dévoilent des temples et édifices datant des époques pharaonique et gréco-romaine. Le temple dédié à Isis la magicienne, épouse du dieu Osiris, est l’un des derniers grands temples de l’Égypte ancienne. Il constituait une véritable cité religieuse ; on y retrouve un extraordinaire complexe de bâtiments soutenus par des pylônes et autres démonstrations techniques. L’île, avant qu’elle ne soit submergée en partie par les eaux du Nil, avait une silhouette d’oiseau, rappelant qu’Isis avait pris cette forme pour être fécondée par Osiris.

Rosette

Rosette

Mondialement célèbre pour la pierre qui y fut découverte et qui permit de déchiffrer l’écriture de l’Égypte ancienne et les secrets de sa civilisation, Rosette est une ville portuaire située dans le Delta du Nil. Elle connut un commerce florissant du Xe jusqu’au XIXe siècle, mais n’est aujourd’hui qu’une petite ville, qui a néanmoins conservé de belles maisons ottomanes datant du XVIIe siècle, ainsi que des mosquées décorées de faïences zilizli.

Saqqarah

Saqqarah

Première capitale de l’Égypte unifiée (fin du IVe millénaire), Saqqarah, ou l’ancienne Memphis, est située à 30 km au sud du Caire. De l’ancienne cité où les Ptolémées venaient encore se faire couronner, ne reste plus que quelques vestiges dont fait partie la pyramide de Djéser, pyramide à degrés qui constitue sans doute la première construction monumentale en pierre jamais édifiée par l’homme. La nécropole de Saqqarah abrite de nombreuses tombes royales datant de la Première dynastie à l’époque ptolémaïque, ainsi que des mastabas (tombes de particuliers) qui présentent un étonnant ensemble de scènes évoquant la vie quotidienne d’alors.

Wadi El Natroun

Wadi El Natroun

Situé près de la route du désert entre Le Caire et Alexandrie, dans une vallée où l’on extrait du natron, ingrédient essentiel de la momification dans l’antiquité, Wadi el Natroun est un ancien district de Nitrie des Grecs et région de Scété des Romains. On y trouve une douzaine de lacs et une cinquantaine de couvents coptes construits par les premiers moines et ermites chrétiens d’Égypte. Les monastères sont caractérisés par de grands bâtiments carrés en briques crues, entourés de hauts murs fortifiés, et possèdent plusieurs églises ornées de belles fresques de style byzantin. Aujourd’hui, quatre de ces monastères sont encore en activité.