Les circuits en Éthiopie - 4 voyages

  • Ethiopie Trésors d'Abyssinie et co... 18 jours
  • Ethiopie Grande Ethiopie 31 jours
  • Ethiopie Sur les traces des grands... 17 jours
  • Ethiopie Djibouti Expédition en territoire ... 17 jours
  • Ethiopie 18 jours

    Trésors d'Abyssinie et concrétions de sel du Dallol (A141)

    Quelques points forts :

    • Sites majeurs classés par l'UNESCO (Axoum, Gondar, Lalibela, parc du Simien)
    • Le Dallol : canyon de sel et lac Karoun (Assale)
    • Eglises troglodytiques du Tigré
    • Bateau privatisé sur le lac Tana jusqu'à l'île de Dek
    • Fêtes de Timkat (Lalibela) en janvier et de Meskel (Axoum) en septembre
    • Une fenêtre garantie par personne durant les transports
  • Ethiopie 31 jours

    Grande Ethiopie (C132)

    Départ garanti > Vendredi 6 Novembre 2020

    Quelques points forts :

    • Grand panorama du pays, du Sud au Nord
    • La ville fortifiée d'Harar (UNESCO)
    • Les trésors de l'Abyssinie : églises de Lalibela (UNESCO), Gondar, Axum (UNESCO)
    • Les églises troglodytiques et les paysages grandioses du Tigré
    • Les tribus de la basse vallée de l'Omo (UNESCO)
    • Les parcs nationaux du Mago, du Balé, d'Awash et du Simien
    • Une fenêtre par personne garantie pour tous les transports
  • Ethiopie 17 jours

    Sur les traces des grands explorateurs (C133)

    Quelques points forts :

    • Conférences de José-Marie Bel tout au long du séjour
    • Trésors de l'Abyssinie : Lalibela, Gondar, Axum
    • Les hauts plateaux du Simien
    • Rencontres avec des peuples et des personnalités locales
    • Une fenêtre garantie par voyageur dans les véhicules
  • Ethiopie Djibouti 17 jours

    Expédition en territoire afar, du Danakil à Djibouti (A144)

    Quelques points forts :

    • Le Dallol et son environnement minéral unique au monde
    • Les paysages lunaires du lac Abbé
    • Les eaux turquoise bordées de sel du lac Assal
    • Les pétroglyphes d'Abourma
    • La mangrove de Godoria
    • La ville blanche de Tadjourah
    • Une fenêtre garantie par personne durant les transports

Le voyage en Éthiopie

Pour aller vite, il y a trois Ethiopie à visiter : le Nord-Ouest chrétien et montagneux, le Sud-Ouest à la savane animiste et l’Est désertique et musulman. Des univers tellement différents… Etonnant pays de presque 110 millions d’habitants qui n’en comptait que 60 il y a 20 ans ! L’effondrement de la mortalité natale et péri-natale en est mécaniquement la cause principale conjuguée aux comportements procréatifs inchangés. Voici donc la deuxième puissance démographique d’Afrique après le Nigéria, sur un territoire deux fois grand comme la France. Lucy, la jeune fille de 3,2 millions d’années dont les charmes ont envoûté les français Yves Coppens et Maurice Taieb quand ils la croisèrent en 1974, nous rappelle que cette région n’est rien de moins que le berceau de l’Humanité !... Tandis que la dépression du Danakil (120 m au-dessous du niveau de la mer), ses fascinantes couleurs et ses formations hirsutes nous ramènent aux origines du Monde.

Une éternité après, le Christianisme s’y enracinera au IVe siècle, juste après l’Arménie, par l’ardeur prosélytique de l’église d’Alexandrie auprès du roi d’Axoum, Ezana. Il sera donc copte (c’est à dire égyptien) jusqu’à ce que l’Eglise éthiopienne prenne son indépendance en 1959 et devienne orthodoxe. Le Christianisme aura une influence déterminante sur la société éthiopienne. Celle-ci se manifeste aujourd’hui encore par le fabuleux patrimoine religieux (monastères, églises rupestres, obélisques, fresques…) qui émaille toute l’Abyssinie. Axoum (UNESCO), Debre Damo, Gondar et bien sûr, Lalibela (UNESCO), la nouvelle Jérusalem vers laquelle convergeaient les croyants depuis que l’Islam, répandu en Arabie, entravait leur pèlerinage vers les Lieux Saints.

L’Ethiopie possède une culture endémique, sans équivalent en Afrique. Elle subira peu d’influence étrangère et ne sera jamais colonisée, l’invasion mussolinienne relevant largement de l’anecdote… Addis Abeba, néanmoins, en conservera quelques traces architecturales. L’influence portugaise est manifeste dans les châteaux et palais de Gondar mais n’ira pas plus loin. Tandis que celle de la France sera ferroviaire avec la ligne de chemin de fer djibouto-éthiopienne et ses gares (Addis Abeba, Awash, Dire Dawa) dont les quais sont signalisés… en français. L’Ethiopie, c’est aussi la rencontre avec de multiples peuples premiers (Arboré, Borana, Hamer, Karo, Mursi, Surma…) au Sud-Ouest du pays, non loin du Rift. Une concentration et une diversité ethnique impressionnante. L’Ethiopie, c’est encore le Simien et son parc naturel (UNESCO) abritant les désopilants geladas et le très rare loup d’Abyssinie… C’est enfin Harar (UNESCO), 4e ville sainte de l’Islam aux cent mosquées. Cité spectaculaire, ceinte de remparts et hissée sur une butte dominant les alentours, elle dégage une atmosphère très singulière qui tranche avec toutes les autres villes d’Ethiopie. Arthur Rimbaud y passa 5 ans de sa vie. On y voit encore sa… « vraie fausse maison » devenue un musée qui lui est dédié.

La magie de l’Ethiopie est d’être partout magnifiquement photogénique !

Les plus beaux sites en Éthiopie :

Addis Abeba

Addis Abeba

Capitale internationale et cosmopolite à 2 400 mètres d’altitude, Addis Abeba abrite le siège de l'Union Africaine et se modernise à grande vitesse, témoins les nombreux et impressionnants chantiers en cours. Plusieurs sites touristiques intéressants : le musée national archéologique où est conservé le fossile Lucie, le musée ethnologique, l’église Saint Georges, la Cathédrale de la Sainte Trinité et plusieurs bâtiments remarquables datant de la construction de la ville au XIXème siècle.
Addis Abeba environs, Melka Kunturé (site phéhistorique)

Addis Abeba environs, Melka Kunturé (site phéhistorique)

Melka Kunturé se trouve à 50 km d’Addis Abeba. Découvert sur la rive sud de la rivière Awash, près de la ville de Melka Awash, ce site préhistorique du paléolithique inférieur  est  considéré comme le plus important d'Ethiopie. Crânes, pierres polies, sagaies, propulseurs et os de bovidés ont été mis à jour par les archéologues depuis quelques dizaines d’années. Le Musée National d'Addis Abeba en expose une grande partie.
Addis Abeba environs, Tiya

Addis Abeba environs, Tiya

Sur quelques 160 sites archéologiques découverts jusqu'à présent dans la région du Sodo, au sud d'Addis Abeba, celui de Tiya (UNESCO) est l'un des plus importants.  Les 36 stèles présentant une figuration sculptée faite d'épées et de symboles demeurés énigmatiques, sont extrêmement représentatives de la culture mégalithique en Éthiopie.
Addis Abeba environs, Wenchi (lac)

Addis Abeba environs, Wenchi (lac)

Non loin d’Addis Abeba, le lac de cratère Wenchi est parsemé de petits îlots que l’on atteint en barque de pêcheur. Vous découvrirez l’un des plus beaux paysages d’Ethiopie depuis le sommet du volcan (3 386 mètres). Une promenade à dos de mule permet de contempler ce lieu pittoresque de divers points de vue.
Afar, Awash (parc national)

Afar, Awash (parc national)

A 220 km à l'est d'Addis Abeba, le Parc National d’Awash est l’ancien territoire de chasse de l’Empereur Hailé Sélassié. Bordé au sud par les gorges de la rivière éponyme,  le parc aux multiples paysages - forêts, savanes, chutes, canyons, sources d’eau chaudes, lacs et un volcan culminant à plus de 2000 mètres (Fantale), abrite des mammifères (babouins, dromadaires, phacochères, oryx, petits et grands koudou, bubales, gazelles…) et des centaines d’espèces d'oiseaux. On peut également observer des crocodiles et des hippopotames dans les lacs.
Afar, Awash (Vallée)

Afar, Awash (Vallée)

Autrefois territoire de chasse de l’empereur Hailé Sélassié. L’eau de la rivière Awash passe à travers une spectaculaire gorge. Le parc abrite quelques 400 espèces d’oiseaux et de nombreux mammifères, tels des oryx, des gazelles ou des antilopes. Le parc et ses environs sont le domaine de tribus nomades, les Afar, les Kereyou et les Etu.
Afar, Yangudi Rassa (parc national)

Afar, Yangudi Rassa (parc national)

D'une superficie de 4730 km², il comprend le Mont Yangudi, un ancien volcan, et les plaines environnantes de Rassa qui s'élèvent entre 400 et 1459 mètres sont traversées par la rivière Awash. Ce parc national fut proposé en 1977 pour assurer la protection spécifique de l'âne sauvage d'Afrique. D'autres animaux endémiques peuplent le parc, tels que l'oryx beïsa, la gazelle de Soemmering et de Dorcas, l'antilope girafe et le zèbre de Grévy.
Amhara Est, Sembete

Amhara Est, Sembete

Situé à environ 250 km de la capitale sur la route de Kombolcha, le village de Sembete est connu pour son marché hebdomadaire du dimanche. Modèle réduit du marché de Bati qui se tient le lundi, il n’en n’est pas moins magnifique. Il réunit les Afar arrivant du Danakil avec leur chameaux chargés de sel,  les Amharas des hauts plateaux apportant les céréales (blé, maïs, orge, tef, sorgo…) et les Oromos venant avec du bétail et des produits d'origine animale.
Amhara, Bahar Dar

Amhara, Bahar Dar

A 180 km de Gondar, aux abords du lac Tana, Bahar Dar est la cinquième plus grande ville du pays et  la capitale de la région Amhara. Ville animée et touristique, c’est le point de départ idéal pour se rendre aux chutes du Nil bleu, au lac Tana ou admirer l’ancien palais d’Haïlé Selassié (fermé au public) situé sur la colline de Bezawit offrant un joli point de vue sur la cité, le lac et le Nil.
Amhara, Gondar

Amhara, Gondar

Capitale au XVIIème siècle, Gondar et sa cité impériale (UNESCO) comptent de nombreux édifices moyenâgeux et une série de châteaux édifiés jusqu’au XIXe siècle par les empereurs d’Abyssinie. Le château de Fasilidas, du XVIIe siècle, et les bains royaux du même empereur, sont des monuments majeurs de la ville, avec la remarquable église Debré Birhan Selassié dédiée à la Sainte Trinité.
Amhara, Gorgora

Amhara, Gorgora

Gorgora est située sur les rives du lac Tana. On peut y visiter l'église Debré Sina Mariam datant du XVIIème siècle, elle dispose de très belles peintures.
Amhara, Lalibela

Amhara, Lalibela

Ce bourg de 12 000 habitants se dresse à 2 630 mètres d'altitude, à flanc de coteau. Capitale religieuse dotée de onze églises monolithes médiévales (UNESCO), Lalibela est un haut lieu de pèlerinage et surtout pendant les festivités de Timkat. Les édifices excavés dans le tuf volcanique sont reliés entre eux par des passerelles, des corridors, des souterrains. Parmi les plus célèbres figurent : Biéte Medhané Alem (église du Sauveur du monde), Béte Guebriel (église de Gabriel), et Béte Maryam (chapelle de la Vierge).
Amhara, Lalibela environs, Gennete Maryam

Amhara, Lalibela environs, Gennete Maryam

Eglise monolithique située à 2 400 m d'altitude au km 31 de la route qui mène de Lalibela à Dilb, Gennete Maryam est creusée dans un gros bloc de tuf rose. L’intérieur divisé en trois nefs, est entièrement recouvert de fresques (parfois dégradées) représentant les apôtres, des personnages historiques, des Saints éthiopiens, des anges, des animaux… La vue depuis le site est extraordinaire.
Amhara, Lalibela environs, Naakuto Lab

Amhara, Lalibela environs, Naakuto Lab

Sur la route de l’aéroport à quelques kilomètres de Lalibela, l'église de Naakuto Lab est située dans une grotte de basalte où se réfugia le dernier souverain de la dynastie des Zagoué pour mener une vie d'ermite. L'église possède une des plus intéressantes collections de croix antiques, de manuscrits illustrés et d'autres icônes. En période de fête, notamment à Noël, une foule immense vient y prier avec ferveur, chanter et danser.
Amhara, Lalibela environs, Yemrehanna Kristos

Amhara, Lalibela environs, Yemrehanna Kristos

Yemrehanna Kristos est une église médiévale orthodoxe située à l'intérieur d'une grotte, dans les montagnes du nord-est de Lalibela, fondée par le roi Yemrehanna Kristos de la dynastie Zagoué. L’intérieur est richement décoré : piliers de pierre, plafonds de bois de cèdre ornés de peintures multicolores. Plus de 5 700 ossements reposent sur le sol, restes de pélerins venus recevoir la communion du Saint Roi. L’église est accessible par une piste qui débute au village de Bilbila.
Amhara, Lalibela, Timkat

Amhara, Lalibela, Timkat

Célébré avec ferveur dans toute l'Ethiopie orthodoxe. Toute la ville converge en procession autour des "Tabots", les répliques des Tables de la Loi renfermées dans l'Arche d'Alliance. De nombreux pèlerins venus du monde entier participent à la cérémonie, partageant ainsi la ferveur religieuse des éthiopiens orthodoxes. La veillée et les prières se prolongent toute la nuit.
Amhara, Simien (parc national)

Amhara, Simien (parc national)

Le Parc National du Simien (UNESCO), sur un large plateau vallonné à 3 300 mètres d’altitude offre un paysage formé de pics accidentés, d’étroites vallées et de profonds précipices, alternant avec des sommets culminant à plus de 4000 mètres. Depuis sa création en 1969, il protège des espèces endémiques menacées dont le bouquetin Walia, le chacal du Simien et le babouin gelada ;  le parc permet l’observation de nombreux oiseaux migrateurs dont le gypaète barbu, l’ibis caroncule et le corbeau corbivau.
Amhara, Tana (lac)

Amhara, Tana (lac)

Troisième plus grand lac d’Afrique, à 1840 mètres d’altitude, le lac Tana couvre 3 600 km². D’origine volcanique, il compte une trentaine d’îles abritant plusieurs monastères et églises décorées de peintures et contenant d’innombrables trésors : Kebran Gabriel, Uhra Kidane Mehret, Narga Sélassié, Tana Qirqos, Mandiba Mariam et Déga Estifanos. Lors de votre navigation à bord d’un bateau à moteur, vous croiserez les embarcations traditionnelles appelées tankwa, frêles esquifs de papyrus qui restent l’outil principal des pêcheurs locaux.
Amhara, Tissisat (chutes Nil Bleu)

Amhara, Tissisat (chutes Nil Bleu)

Depuis le lac Tana, le Nil bleu (Abbay) s'écoule jusqu’à Khartoum au Soudan pour s'unir au Nil blanc et ainsi former le Nil. A une trentaine de kilomètres au sud de Bahar Dar, les chutes du Nil bleu (Tissisat), longtemps considérées comme les plus belles du continent africain, ont aujourd’hui perdu de leur superbe à cause d’un barrage construit en amont. Malgré cela, nous vous conseillons de faire cette excursion tôt le matin, où parfois un arc-en-ciel apparaît dans ce sublime tableau. Pour accéder au point de vue qui domine les chutes, une demi-heure de marche est nécessaire.
Arba Minch

Arba Minch

Arba Minch, «  Les 40 sources » en langue amharique, est une ville connue pour sa production piscicole, située entre les lacs Chamo et Abaya, à proximité du Parc National de Nechisar. Le retour de la pêche est un moment important de la journée, très pittoresque. Chaque mois de décembre, le Festival de musique et de danse d’Arba Minch célèbre la diversité culturelle de la vallée du Rift. Il réunit des groupes ethniques du sud de l’Ethiopie et du nord Kenya.
Chencha

Chencha

Perdu à 2 700m d’altitude, le panorama sur Arba Minch, le lac Abaya et le lac Chamo qu'offre Chencha y est particulièrement magnifique. Les habitants appartiennent à la tribu des Dorze. De langue omotique, ils logent dans de magnifiques maisons ogivales, hautes de dix mètres, faites de bambou et de faux bananiers.
Danakil

Danakil

Danakil, dépression de l'Afar, dépression de Danakil, ou triangle de l'Afar sont des appellations qui caractérisent la dépression de terre située en Afrique de l'Est, à l'embouchure de la Mer Rouge et du Golfe d'Aden. Le triangle de l'Afar est connu pour son lac Assal situé à -150 mètres d'altitude.
Danakil, Erta Alé

Danakil, Erta Alé

Situé au nord de la vallée du grand Rift, l'Erta Alé est un volcan peu élevé mais très étendu. En son sommet on découvre une caldeira contenant deux cratères qui accueillent des lacs de lave permanente qui apparaissent et disparaissent selon l'activité.
Dorze (peuple)

Dorze (peuple)

La tribu Dorze, anciennement tribu guerrière, s'est reconvertie dans l'agriculture et le tissage. Ils vivent dans un paysage très vert grâce à l'humidité ambiante. Leurs maisons abritent toute la famille mais aussi le bétail.
Harar

Harar

Ville fortifiée dominant la plaine désertique du Danakil, Harar (UNESCO) est le joyau de la Corne de l’Afrique. Quatrième ville la plus sainte de l’Islam, elle compte 82 mosquées et 102 sanctuaires. De nombreuses demeures traditionnelles aux décors intérieurs uniques s’ajoutent au patrimoine culturel de la ville ; parmi celles-ci, la maison de Rimbaud, où il vécut dix ans. Vous découvrirez ses nombreux marchés colorés aux senteurs d’épices ainsi que le dîner des hyènes devant la porte de Sanga : attraction insolite vestige d’une tradition de la fin du XIXe siècle.
Harar environs, Dire Dawa

Harar environs, Dire Dawa

Située à 1220 mètres d’altitude, Dire Dawa se développa autour de la construction du chemin de fer reliant Djibouti à Addis Abeba. Seconde ville d’Ethiopie, aujourd’hui desservie par un aéroport, Dire Dawa est un point de rencontre entre diverses ethnies de la corne d’Afrique (Somali, Afar, Oromo…) à rencontrer sur le marché de Kafirah.
Jima

Jima

Jima est la capitale de l’ancien royaume oromo du Kafa. Le nom de cette province a légué au monde le nom d’une boisson célèbre, le café. L’arbuste Coffea arabica pousse en effet spontanément sur le sol acide du Kafa, qui est donc le berceau de la marchandise la plus échangée au monde après le pétrole.
Key Afer

Key Afer

Chaque jeudi, le marché de Key Afer est le lieu idéal pour un échange naturel avec plusieurs ethnies de la vallée de l'Omo. Hamer, Tsemay et Bena s'y donnent rendez-vous pour échanger toutes sortes de denrées : outils, bétail, fruits et légumes sont achetés dans une ambiance joviale et colorée.
Konso (pays)

Konso (pays)

A 50 kilomètres au sud du Lac Chamo, vous découvrirez le pays Konso (UNESCO) : des villages fortifiés perchés sur les hauts plateaux ou au sommet de collines, de vastes terrasses en pierre sèche pour l’exploitation agricole. Parlant une langue d’origine couchitique, les Konso sont aussi connus pour les statues de bois, ou Waga, avec lesquelles ils honorent leurs morts. Ils vénèrent le dieu Waq, pratiquent le culte des serpents et des ancêtres, et estiment que la terre cultivée est sacrée. Ils aiment faire la fête et jouent du krar (luth) et de la ditta (guitare).
Mursi

Mursi

Les Mursi sont des tribus vivant principalement au Sud-Ouest de l'Ethiopie, à la jonction entre le Soudan, le Kenya et l'Ethiopie. Ils vivent à proximité du parc National d'Omo, du parc National de Mago et la réserve sauvage de Tama. Cette région est peuplée de différentes ethnies qui ont pour particularité d'être les derniers peuples où les femmes portent, dès l'âge de 10 ans, un plateau labial. Elles sont appelées "femmes à plateau".
Omo (vallée)

Omo (vallée)

Berceau de l’Humanité, lieu de découverte de fossiles vieux de trois millions d’années, (l'Homo gracilis et la célèbre Lucie), la rivière de l’Omo est une frontière naturelle entre les parcs nationaux de l’Omo et de Mago. Différentes ethnies vivent le long de ses rives, et se distinguent par leurs habitats, coutumes et ornements corporels. La rencontre des tribus primitives fait de cette expédition un voyage exceptionnel dans une ambiance de premier matin du monde…
Sud, Bale (parc national)

Sud, Bale (parc national)

Situé dans la région Oromia, au sud-est d’Addis Abeba, le Parc National du Bale est un massif alpin dont le second plus haut sommet d'Ethiopie (Mont Tullu Deemtu) culmine à 4377 mètres. Les mammifères endémiques de ce parc sont le Nyala des montagnes, le Bushbuck de Ménélik et le chacal (ou renard) du Simien plus fréquent ici que dans les montagnes du Parc National du Simien. En plus d’autres mammifères présents dans le parc  (singes, antilopes, phacochères…), une multitude d’oiseaux  (ouette à ailes bleues, corbeau corbivau, grue caronculée...) comblera l’œil des ornithologues. Le plateau de Sanetti parsemé de lobélies géantes offre de superbes paysages.
Sud, Chamo (lac)

Sud, Chamo (lac)

On peut être surpris de voir des pêcheurs sur le lac quand on sait que celui-ci accueille une importante population de crocodiles. Une balade en bateau sur le lac, permet d'approcher de plus près ces imposants crocodiles ainsi que toute une colonie d'hippopotames côtoyant une faune ornithologique riche.
Sud, Langano (lac)

Sud, Langano (lac)

Le lac Langano s’étend sur 305 km2 et atteint jusqu’à 40 mètres de profondeur. Il est propice à l’observation d’une faune ornithologique variée ainsi que de nombreux hippopotames. La bilharziose étant absente sur le lac, on peut s’y baigner sans problème.
Sud, Mago (parc national)

Sud, Mago (parc national)

Le Parc National de Mago (2 162 km²)  borde la rivière Omo, au pied du Mont Mago (1350 mètres). La végétation semi-aride y abrite de nombreux oiseaux et le site est le terrain de chasse privilégié de l'ethnie Mursi. Les mammifères y sont pourtant faciles à observer (éléphants, buffles, bubales de Swayne, phacochères) et les reptiles aussi. Avec de la chance et un peu de temps, vous pourrez voir des lions, léopards, guépards et girafes.
Sud, Nechisar (parc national)

Sud, Nechisar (parc national)

A quelques 500 km d’Addis Abeba, le Parc National de Nechisar se découvre au départ d’Arba Minch. Il comprend une partie des deux lacs les plus importants de la vallée du Rift Ethiopien (Abaya et Chamo) et la colline qui les sépare est recouverte d'une forêt tropicale. Le parc de 514 km² fut établi en tant que sanctuaire pour les bubales de Swayne endémiques et menacés, mais c’est aussi l’un des derniers endroits pour apercevoir des zèbres de Burchell. On peut également y croiser  des phacochères, singes, hippopotames, crocodiles et plus de 180 espèces d'oiseaux dont les bucorves d’Abyssinie, proches des calaos.
Sud, Turmi (village Hamer)

Sud, Turmi (village Hamer)

Le village de Turmi est peuplé par les Hamer, un peuple semi-nomade. Le lundi, jour du marché de Dimeka, la communauté des Hamers se rassemble pour commercer ou simplement se retrouver. Un festival de couleurs pour ce marché où les Hamer se présentent dans leur plus bel atour. Le spectacle est surprenant : ayant le culte du corps et de la parure, les hommes portent des colliers de perles éclatantes sur le cuivré de leur peau ; les femmes, ravissantes, portent une « coupe au carré » dont chaque mèche est enduite de beurre et d’ocre ; leur robe laissant une épaule dénudée est rebrodée de perles et de cauris.
Sud, Ziway (lac)

Sud, Ziway (lac)

Les pêcheurs y vendent leurs prises et les enfants découpent les filets de poisson, épiés par de nombreux marabouts attendant les déchets.
Surma (peuple)

Surma (peuple)

Les Surma sont parmi les tribus africaines les plus fascinantes. Peu structurés socialement, la liberté de chaque lignée est considérée comme essentielle. Renonçant à se donner un chef, ils vénèrent également une force supérieure qui contrôle les pluies, Tumi, mais ne la craignent pas. Ce sont indéfectiblement des pasteurs nomades.
Tigré, Abraha Atsbeha (église)

Tigré, Abraha Atsbeha (église)

Aussi appelée Debra Negast (monastère des rois), l’église rupestre d’Abreha  et Atsbeha est située dans la région du Gueralta, à 17 km du village de Wukro. L’accès de cette église semi-monolithique, l’une des plus vastes de la région, se fait par un large escalier de pierre. L’intérieur présente un plan basilical et abrite des fresques somptueuses relatant des scènes de l'Evangile.
Tigré, Adigrat

Tigré, Adigrat

La seconde plus grande ville du Tigré, Adigrat se trouve sur la route entre Axoum et Mekele. L’ancienne capitale de Ras Sabagadisen  ne manque pas d’intérêt. Parmi le patrimoine subsistant, les ruines de deux châteaux, le  cimetière de guerre italien et la  cathédrale catholique Saint-Sauveur, inspirée d’une église florentine qui renferme des œuvres de l’artiste éthiopien Afewerk Tekle. Sur le marché très fréquenté, on peut  acheter des cafetières tigréennes pour la cérémonie du café.
Tigré, Axoum

Tigré, Axoum

Près de la frontière nord de l'Éthiopie dans la province du Tigray, Axoum (au patrimoine de l’UNESCO) est la capitale religieuse de l’Eglise orthodoxe du pays. L’église Sainte Marie de Sion censée abriter l’Arche de l’Alliance est la plus connue, ainsi que la cathédrale moderne. Les ruines de la ville ancienne d'Axoum (Ier au VIIIe siècle après J.C.) marquent l'emplacement du cœur de l'Éthiopie antique. Plusieurs stèles géantes et obélisques ont survécu, souvent brisés et gisant sur le sol. La nécropole des rois axoumites se trouve quant à elle au pied du Mont Likanos.
Tigré, Axoum, Fête de Sainte Marie de Sion

Tigré, Axoum, Fête de Sainte Marie de Sion

Le festival de Sainte Marie de Sion attire des milliers de pèlerins provenant de tout le Pays. D’après la tradition éthiopienne, l’Arche d’alliance aurait été volée par Ménélik Ier, fils du roi Salomon et de la reine de Saba puis cachée dans l’église Marie de Sion, où elle se trouve toujours. Une cérémonie exceptionnelle a lieu en présence du patriarche de l’église ethiopienne. Une procession s’organise pour accueillir les autorités religieuses dans une ambiance colorée et fascinante. La procession va jusqu’à un immense ficus où se déroule la danse sacerdotale des prêtres. Manuscrits, robes et couronnes sont présentés aux fidèles.
Tigré, Debre Damo (monastère)

Tigré, Debre Damo (monastère)

Non loin d’Adigrat (Tigré), situé au sommet d’un haut plateau, trône le monastère de Debre Damo abritant la plus vieille église orthodoxe d’Ethiopie. Quelques centaines de moines vivent dans cet endroit accessible seulement à l'aide de cordes en cuir. L’édifice principal, de style axoumite, est fait de pierres et de bois sur lesquels se distinguent des sculptures d’animaux et de végétaux. En octobre, des milliers de pèlerins affluent vers ce site où seuls les hommes sont autorisés à gravir la falaise.
Tigré, Mekele

Tigré, Mekele

Entre Axoum et Lalibela, la capitale du Tigré est une escale agréable accessible en avion. Partiellement détruite pendant la guerre contre Mengistu, Mekele abrite plusieurs monuments remarquables dont  le mémorial d’Hawelti, le surprenant palais de Yohannes IV qui domine la ville - aujourd’hui musée municipal. Plaque tournante du sel venu du Danakil, Mekele est célèbre pour son marché du lundi où l’on peut croiser une caravane de sel arrivant avec sa cargaison.
Tigré, Yeha

Tigré, Yeha

A une cinquantaine de kilomètres au nord-est d'Axoum, se trouve le plus important site pré-axoumite d'Ethiopie. Le temple de Yeha qui date du Vème siècle avant J.C. (période sabéenne)  est considéré comme le plus ancien encore intact du pays et présente un travail de la pierre d'une incroyable habilité. Outre les ruines du temple, le site abrite l’église dédiée à Abba Aftsé, l’un des neuf saints syriens. Sur certains de ces bas-reliefs, vous pourrez observer des têtes d’ibex, animal sacré pour les Sabéens.
vallée du grand Rift (lacs)

vallée du grand Rift (lacs)

Au sud d’Addis Abeba, se trouvent les lacs de la vallée du grand Rift éthiopien. Formés d’eau douce ou d’eau salée, les 7 lacs principaux de Ziway, Abijata, Shalla, Langano, Awasa, Abaya et Chamo disposent d'un bel environnement naturel pour les oiseaux. Les lacs Abijata et Shalla forment un Parc National abritant plus de 300 espèces dont des centaines de milliers de flamands roses. Séparés de quelques kilomètres, ces 2 lacs sont différents : Shalla difficilement accessible, se loge dans un profond cratère, alors qu’Abijata est artificiel et peu profond. Le lac Chamo regorge de crocodiles et le lac Langano est le seul à disposer d'équipements touristiques.
Yabello

Yabello

Yabello est un village qui abrite la tribu des Boranas. De nombreux Oromos pensent que la tribu des Boranas est la plus pure, la plus intelligente et la plus ancienne. Les Boranas ont conservé un mode de vie ancestral dicté par l’élevage des zébus. Aussi ce peuple fier est-il semi-nomade par obligation atavique. Ils vont de pâturage en pâturage nourrir leur bétail et plusieurs fois par an installent des campements très organisés puisque chacune des habitations est construite en torchis.