Les circuits en Ouzbékistan - 2 voyages

  • Chine Ouzbékistan Iran De Xian à Istanbul sur la... 50 jours
  • Ouzbékistan Terre de Tamerlan, Route ... 19 jours
  • Chine Ouzbékistan Iran 50 jours

    De Xian à Istanbul sur la Route de la Soie (C312)

    Quelques points forts :

     

    • Revivre l'Histoire à travers une grande traversée inédite, par la route, le train, rarement l'avion
    • Xian, Kashgar, Samarkand, Téhéran, Istanbul... voir ou revoir ces cités mythiques en un seul voyage
    • Comprendre à travers musées et sites religieux la diffusion du bouddhisme, de l'islam, du nestorianisme, du manichéisme...
    • Tisser des liens avec les populations locales, dont les visages nous parlent encore de la rencontre des civilisations
    • Arpenter déserts, montagnes et steppes, comme les voyageurs d'antan
    • Egayer ses papilles de saveurs mêlées : de la cuisine chinoise impériale à la cuisine méditerannéenne, d'infinies variations autour des épices
    • Ravir son regard d'un artisanat aux mille couleurs : soies, tapis, tissages, pierres rares, curiosités locales, à glaner dans les souqs et les bazars
    • Imaginer et entrevoir ce que seront demain les Nouvelles Routes de la Soie : rêve grandiose d'échanges eurasiatiques ou fiasco grandiloquent? 
  • Ouzbékistan 19 jours

    Terre de Tamerlan, Route de la soie (A359)

    Quelques points forts :

    • Panorama complet du pays
    • Les 3 cités majeures (UNESCO) : Khiva, Boukhara et Samarcande
    • Kunya-Urgentch (Turkménistan), ancienne capitale du Khorezm (UNESCO)
    • Shakhrisabz, ville natale de Tamerlan (UNESCO)
    • L'excursion en mer d'Aral et l'étape rafraîchissante chez l'habitant dans les montagnes de Nurata
    • Termez, vieille ville de plus de 2500 ans
    • Une fenêtre garantie par personne dans les véhicules

Le voyage en Ouzbékistan

Voyager en Ouzbékistan, c’est aller au cœur de la Route de la Soie, la route du commerce par excellence. Les Achéménides occupèrent les lieux dès le VIe siècle, puis ce furent les grecs avec Alexandre, les Turcs, les Arabes, les Mongols et enfin les Russes… Mais, sans conteste, le personnage le plus marquant de la région fut le turco-mongol Timour le Boiteux, plus communément appelé Tamerlan. Son influence fut immense, elle l’est encore dans les villes majeures du pays. A la mesure des ravages inouïs qu’il commit tout au long de son existence sur un territoire allant de la Mer Noire à la Chine et des merveilles architecturales qu’il fit construire à Samarcande pour ne citer qu’un lieu. Un peu plus tard, son lointain descendant Babur reprendra la fougue impériale de son aïeul et fondera l’empire Moghol jusqu’à Delhi… C’est dire si ce territoire fut le cœur du réacteur du monde de l’époque.

Les plus grands savants, philosophes s’y bousculaient : Al-Khwârizmî (Algoritmi pour les latins), Ibn Sīnā (Avicenne pour nous), les meilleurs artistes travaillaient pour la gloire de l’Empire … Tandis que le commerce, ses marchandises, ses artisans grouillaient… Nous retrouvons aujourd’hui encore les restes éblouissants de ces constructions et restons émerveillés par l’artisanat multiséculaire qui sort encore des mains expertes des hommes et des femmes de ce territoire d’exception : bois sculpté, faïence, soie, miniatures… Tout est beau et raffiné.

Les lieux majeurs de l’Ouzbékistan sont à la hauteur des rêves que leur évocation inspire : Khiva, Boukhara, Samarcande, Shakhrisabz, tous classés par l’UNESCO. L’Ouzbékistan, c’est aussi un pays qui a payé un lourd tribut à l’Histoire, le temps de sa sujétion à l’Empire Soviétique avec l’infernale division du travail décrétée pour chacune des Républiques soviétiques. Pour l’Ouzbékistan, ce fut le coton. Le pays dut s’exécuter et décupler sa production pour les besoins gigantesques de l’Union. La Mer d’Aral en fit les frais : les bateaux rouillés dans les anciens ports aujourd’hui desséchés sont là pour témoigner…

On l’aura compris, ce pays de 33 millions d’habitants, presque grand comme la France, recèle bien des aspects fascinants à la hauteur de l’Histoire hors du commun qu’il a vécu.

L'Ouzbékistan en vidéo

Les plus beaux sites en Ouzbékistan :

Centre, Bukhara

Centre, Bukhara

Bukhara, située sur le cours inférieur de la rivière Zarafshan, au milieu d'une oasis, à la limite orientale du désert de Kyzyl Kum, était reliée par voies caravanières à Merv et aux vallées des fleuves Amou Darya et Syr Darya. Bukhara la sainte, Bukhara la noble vous offre l’opportunité de découvrir l'une des plus intéressantes cités du monde. Cette ville-musée inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO ne cesse de surprendre avec ses innombrables édifices tels que l'Ark (citadelle), le minaret et la mosquée Kalon, les madrasa Abdul Aziz Khan et Ouloug Beg ou encore les coupoles marchandes...
Centre, montagne de Nurata

Centre, montagne de Nurata

La montagne de Nurata, située entre le lac Aydar et Samarcande est une région qui tranche subitement avec les steppes du désert de Kysyl Kum. Soudain, les premiers vallonnements timides se forment, puis les collines deviennent des massifs escarpés pouvant atteindre plus de 2 000 mètres pour certains. Après la platitude ardente du désert, nous sommes invités à passer quelques moments de fraîcheur dans ces "pré-alpes", annonciatrices occidentales du Pamir !
Centre, Samarcande

Centre, Samarcande

Samarcande fut le carrefour des diverses civilisations et branches de la Route de la Soie, dont les dômes audacieux et les mosaïques bleues suscitent encore aujourd’hui l’admiration des voyageurs. La ville fut magnifiée au XIVe siècle par l'Emir Timour le Boiteux (dit Tamerlan) qui en fit la capitale de son empire. Samarcande est riche en monuments historiques classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Vous visiterez la nécropole de Chakhi Zinda, le mausolée de Gour Emir, la superbe place du Reghistan et la mosquée Bibi Khanoum...
Centre, Shakhrisabz

Centre, Shakhrisabz

Shakhrisabz, située à 2 heures au sud de Samarcande, est accessible par une belle route de montagne. C'est la terre natale de Tamerlan. La ville a donc été magnifiée par l'Emir et ses successeurs. Le centre historique recèle des édifices exceptionnels de l'époque timouride (XVe - XVIe siècle), régie par la dynastie fondée par Timour le boîteux (Tamerlan) : le Palais Ak Sarai, l'ensemble Dorus Saodat et celui de Dorout Tilouat.
Centre, Termez

Centre, Termez

Située au bord de l'Amou Darya, Termez est la ville la plus méridionale de l'Ouzbékistan. Les Grecs, du temps d'Alexandre le Grand, la nommèrent ainsi en référence à sa chaleur (thermos = chaleur en grec). Avec plus de 2 500 ans d'existence, c'est l'une des villes les plus anciennes de l'humanité. Etape importante de la Route de la Soie, elle subit conquêtes, destructions et reconstructions multiples. Sa position stratégique incita les Russes à en faire au XIXe siècle un poste frontière contre les Anglais dans le cadre du Grand Jeu. La ville  antique de Termez (à 6 km de la nouvelle) et le complexe funéraire du sultan Saodat (XI-XVIIIe) sont les sites majeurs à découvrir.
Karakalpakstan, mer d'Aral

Karakalpakstan, mer d'Aral

La mer d'Aral, autrefois immense bassin de rétention des eaux issues des deux fleuves Amou Darya et Syr Darya, n'est aujourd'hui plus que l'ombre d'elle même. Les folies productivistes de l'Union Soviétique ont délibérément sacrifié la mer d'Aral en détournant les eaux des deux fleuves au profit d'une production effrénée de coton. Le spectacle de cette mer qui meurt rapidement, comme le montre notre illustration, est particuilèrement saisissant.
Karakalpakstan, Muynak

Karakalpakstan, Muynak

Le "port" de Muynak est sans doute le témoin le plus parlant des folies productivistes que l'Union Soviétique a imposées à l'Ouzbékistan pour développer la production de coton. Le détournement de l'eau des Syr et Amou Darya, principaux pourvoyeurs de la mer d'Aral a réduit celle-ci de 80% en moins de 50 ans... Désormais le "port" de Muynak qui employait 10 000 pêcheurs est à quelques 100 km des bords de la mer... C'est aujourd'hui un cimetière de bateaux rouillés, échoués dans le sable. Un spectacle surréaliste...
Khorezm, Ayaz Kala

Khorezm, Ayaz Kala

Ayaz Kala fait partie d'une série de forteresses construites à la lisière du désert de Kyzyl Kum dans le but de défendre la région contre les razzias de nomades. Elle a été construite entre le IVe siècle avant JC et le VIIe siècle de notre ère. La vue sur les alentours y est spectaculaire.
Khorezm, Khiva

Khorezm, Khiva

Khiva (Xiva en ouzbek) est une ville d'Ouzbékistan située au nord-ouest du pays. La plus intacte et la plus reculée des villes qui parsèment la Route de la Soie en Asie Centrale a été entièrement restaurée en véritable ville musée. Sa ville intérieure d’Itchan Kala (UNESCO) entourée de murailles fortifiées avec quatre portes, le minaret inachevé de Kalta Minor, le mausolée Pakhlavan Makmoud, la medersa Islam-Khodja, la médersa Mohammed Rakhim Khan forment un simple aperçu des magnifiques monuments que possède cette ville. Les céramiques de couleur turquoise, les arches, les coupoles et la terre cuite mélangent le religieux, le séculaire, le royal et le public.
Khorezm, Mizdakhan

Khorezm, Mizdakhan

A 15 km de Nukus et en direction de Kunya Urgench, l'immense nécropole de Mizdakhan, rassemble des milliers de tombes et de mausolées. Une étrange atmosphère...
Khorezm, Noukous

Khorezm, Noukous

Nukus est la capitale de la "République" du Karakalpakstan, aujourd'hui totalement intégrée à l'Ouzbékistan. Elle fut, avant que la mer d'Aral ne perde 80% de sa surface, l'une des villes principales de l'Ouzbékistan. Le désastre écologique provoqué par les folies productivistes de l'Union Soviétique, qui décida de sacrifier la mer d'Aral au profit de la culture du coton en détournant l'eau de ses fleuves d'approvisionnement, ruina le développement de Nukus. Le seul véritable attrait de la ville est l'étonnant musée Savitsky qui abrite une quantité impressionnante de tableaux de l'Avant Garde soviétique des années 20 et 30...
Khorezm, Toprak Kala

Khorezm, Toprak Kala

Toprak Kala fait partie d'une série de forteresses construites à la lisière du désert de Kyzyl Kum dans le but de défendre la région contre les razzias de nomades. Elle a été construite entre le IVe siècle avant JC et le VIIe siècle de notre ère. La vue sur les alentours y est spectaculaire.
Kunya Urgench (Turkménistan)

Kunya Urgench (Turkménistan)

Kunya Urgench (l'ancienne Urgench) est la ville qui a donné son nom aux étoffes organdi et organza. Même si aujourd'hui Kunya Urgench est au Turkménistan du fait du cynisme géopolitique de l'Union Soviétique, cette cité antique est très clairement ouzbek. Elle fut la capitale de la région du Khorezm (Khiva ayant repris le relais). Cette ville caravanière est aujourd'hui inscrite au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.
Tashkent

Tashkent

Capitale de l'Ouzbékistan, la métropole de Tashkent a gardé peu de trace de son passé deux fois millénaire. En partie reconstruite par l'URSS après le terrible tremblement de terre de 1966, Tashkent est aujourd'hui une ville moderne, aérée, avec ses vastes avenues et ses parcs ombragés. On y découvre la place centrale abritant une statue de Tamerlan, la place de l'Indépendance (Mustakillik), le théâtre Navoï, la vieille ville abritant la médersa Koukeldach, le bazar Chor Su, l'ensemble Hazret Imam comprenant les mosquées Barak Khan et Djami. Certaines stations du métro -le premier d'Asie Centrale, offrent des décors exceptionnels de mosaïques, coupoles et céramiques.
Vallée de Ferghana

Vallée de Ferghana

La vallée de la Ferghana cernée par la chaîne de montagne de Tian Shan au nord, les monts Ferghana à l'est et la chaîne de l'Alaï Pamir au sud, est arrosée par les eaux du Syr Daria. C'est l'une des régions les plus fertiles du pays et la plus densément peuplée. Elle abrite notamment les villes d'Andijan, Ferghana, Marguilan, Kokand...
Vallée de Ferghana, Andijan

Vallée de Ferghana, Andijan

Andijan est la ville principale de la vallée de la Ferghana. Ce fut une étape importante de la Route de la Soie. Le tremblement de terre de 1902 a fini de ruiner les traces de ce passé caravanier. La ville s'ennorgueillit d'être la patrie du grand Bâbur, fondateur en 1526 de l'empire Moghol qui rayonna jusqu'en Inde. Celle-ci lui doit la magnifique architecture émaillant le Rajasthan et, tout particulièrement le Taj Mahal, édifié par Shah Jahan, l'un de ses descendants. Andijan fit parler d'elle par le foyer islamiste qui s'agitait dans les années 2000 et qui fut impitoyablement éradiqué dans le sang dans la nuit du 12 au 13 mai 2005 sur les ordres du président Karimov. La région est aujourd'hui "pacifiée"...
Vallée de Ferghana, Ferghana

Vallée de Ferghana, Ferghana

Cette ville de 280 000 habitants fut fondée en 1876 par l'empire russe dans le cadre du Grand Jeu qui l'opposait à l'empire britannique pour la maîtrise de l'Asie Centrale. Elle connut une croissance économique et industrielle importante au XXe siècle qui s'effondra à la chute de l'empire soviétique. C'est aujourd'hui une ville vaste et verte dont on lit aisément l'influence soviétique dans son organisation urbaine mais qui, s'affranchit plutôt heureusement de ce pesant héritage...
Vallée de Ferghana, Kokand

Vallée de Ferghana, Kokand

Lorsque la dynastie Chaibanide qui avait unifié l'Ouzbékistan s'effondra en 1598, le Khanat se disloqua progressivement en 3 khanats indépendants (Khiva, Boukhara et Kokand). Le khanat de Kokand passa sous domination russe au XIXe siècle au moment de la période du Grand Jeu qui opposa les empires russe et britannique pour la domination de l'Asie Centrale. Deux sites méritent l'attention à Kokand : le palais de Khoudayar Khan construit entre 1863 et 1873 et la mosquée Juma (du vendredi) aux 98 piliers de bois (notre illustration). A noter qu'entre 1941 et 1946, Kokand abrita Marek Halter et sa famille, réfugiés juifs ayant fui l'invasion allemande en Union Soviétique.
Vallée de Ferghana, Marguilan

Vallée de Ferghana, Marguilan

L'intérêt essentiel de Marguilan, ville de la vallée de la Ferghana, réside en ce qu'elle abrite un magnifique artisanat traditionnel de la Soie. On y verra aussi avec intérêt son marché avec notamment ses abondants étalages de toutes sortes de pains sculptés que les consommateurs achètent avec autant de soin que les français leurs vins ou leurs fromages... La mosquée Khonaqoh du XVe siècle mérite également une visite pour son atypique coupole en bois.
Vallée de Ferghana, Rishtan

Vallée de Ferghana, Rishtan

L'intérêt essentiel de Rishtan, ville de la vallée de la Ferghana, réside en ce qu'elle abrite un magnifique artisanat traditionnel de céramique. Une réminiscence bien concrète de la Route de la Soie !