Inscrivez-vous à notre lettre d’information :

Les circuits au Japon

  • Japon Le Kansaï : coeur traditi... 21 jours
  • Japon Hokkaido : la Sibérie nip... 14 jours
  • Japon Kyushu, la mer et le feu 16 jours
  • Japon Hokkaido : la Sibérie nip... 12 jours
  • Japon 21 jours

    Le Kansaï : coeur traditionnel du Japon (C550)

    Départ garanti > Lundi 4 Novembre 2019

    Quelques points forts :

    • La promenade du grand Bouddha de Kamakura
    • Les paysages volcaniques de la péninsule d'Izu, sur le Pacifique
    • Le village à toits de chaume de Shirakawa-go
    • Les sommets enneigés des Alpes japonaises
    • Le jardin Kenrokuen de Kanazawa, l'un des trois plus beaux du Japon
    • Le sanctuaire shinto de Miyajima et son torii, « les pieds dans l’eau »
    • Le temps du hanami ou du koyo, selon les départs
  • Japon 14 jours

    Hokkaido : la Sibérie nippone (C552)

    Départ garanti > Lundi 17 Juin 2019

    Quelques points forts :

    • La balade sur les rives du lac Onuma
    • L’étonnant lac bleu Aoiike et les "marimo" (algues endémiques) du lac Akan
    • La beauté du parc Daisetsuzan : entre volcans, lacs turquoise et fumerolles
    • Le fort de style vauban Goryô-kaku de Hakodate
    • Les lacs et les chutes de la péninsule de Shiretoko, patrimoine de l'Unesco
    • La vue splendide sur le lac Toya depuis le mont Usu
  • Japon 16 jours

    Kyushu, la mer et le feu (C553)

    Départ garanti > Jeudi 9 Mai 2019

    Quelques points forts :

    • La découverte des 3 principaux volcans actifs de l'île : Sakurajima, Aso et Unzen
    • Les forêts primaires subtropicales de l'île de Yakushima
    • Le survol du mont Aso en hélicoptère
    • L'art du Bonseki, le jardin de sable miniature
    • Nagasaki, les églises et la bombe
    • Le dîner chez l'habitant dans les îles Goto, fief secret des chrétiens du XVIIe siècle
    • Le festival de Karatsu Kunchi, grande fête shinto, pour le départ de novembre
  • Japon 12 jours

    Hokkaido : la Sibérie nippone en hiver (C554)

    Quelques points forts :

    • Hakodate, son charme désuet et ses deux baies majestueuses
    • Les palais de glace illuminés du festival de Sapporo
    • Les rencontres avec la communauté aïnue, en pleine renaissance
    • La descente de la rivière Kushiro en canoë, pour observer les grues sauvages
    • L'expérience en motoneige sur le lac Akan immaculé
    • La croisière en brise-glace sur la banquise de Shiretoko
    • Le plaisir des onsen, les bains thermaux, et d'une savoureuse gastronomie à chaque étape.

Voyage au Japon

Le voyage au Japon est le voyage d'une vie. C'est ainsi que l'on aborde le pays du Soleil Levant, en imaginant dans un premier temps découvrir ses joyaux historiques les plus emblématiques, nichés pour la plupart en son cœur géographique : le Kansai. C'est ici la terre des samouraïs, des empereurs retranchés dans leur palais imprenable, des shoguns, des temples shintos et des châteaux forts. Tokyo en est l'emblème absolu, ville-monde qui a su s'épanouir dans une modernité inouïe. Kyoto en miroir dévoile sa beauté inchangée, aux ruelles pavées et aux échoppes de bois sombre, fière de ses traditions et de ses privilèges d'ancienne capitale impériale. Par-delà cette première approche, ce sont Kanazawa et Takayama au cœur des Alpes japonaises, Hiroshima et Miyajima, perles de la Mer Intérieure de Setouchi, Shizuoka et ses côtes déchirées sur le Pacifique qu'il faut arpenter lors d'un circuit de découverte du Japon.
Mais le pays se montre addictif, et dès lors qu'on le quitte, on ne pense plus qu'à y revenir. Il faut donc plus d'un voyage au Japon pour percevoir l'âme si complexe de cet archipel s'allongeant sur plus de 3300 kilomètres du Nord au Sud. Hokkaido aux vastes landes de feu et de glace se parcourt l'hiver pour des plaisirs insolites, l'été pour la douceur du climat et le vert intense des prairies. Kyushu, reine volcanique au passé douloureux, offre ses plages immaculées au doux soleil du sud. Le cœur de Shikoku, plus secret, se gagne si l'on décide d'y accomplir l'un des pèlerinages les plus ardus de la tradition shinto. À l’extrémité Sud, déjà tropicales et baignées d'eaux cristallines et poissonneuses, ce sont les îles Ryūkyū dans l'archipel d'Okinawa qui accueillent le voyageur alangui, plongé dans un tout autre Japon.

Japon en vidéo

Les plus beaux sites au Japon :

Hokkaidō, Abashiri

Hokkaidō, Abashiri

Abashiri est une ville de pêcheurs qui se situe sur la côte de la mer d'Okhotsk. Le spectacle offert par la nature y est grandiose ; observation de baleines et de dauphins en été tandis que l’hiver, la mer est recouverte de blocs de glaces flottants à perte de vue. La ville d’Abashiri a abrité sous l’ère Meiji la prison la plus septentrionale du pays, aujourd’hui transformée en musée nommé le Pénitencier ou « Abashiri kangoku ». Notons aussi le musée ethnographique des Peuples du Nord dédié aux Aïnous et Inuits, ainsi que le musée Ryūhyō dédié à la mer d’Okhotsk et ses fameux blocs de glace flottants.

Hokkaidō, Akan (parc national)

Hokkaidō, Akan (parc national)

Le parc national de Akan est situé dans une chaîne volcanique, à l'Est de l'île de Hokkaidō, et offre notamment grâce à ses nombreux lacs, forêts et volcans, de magnifiques paysages de montagne.
Le lac Akan s’étend entre le pic Meakan et le pic Oakan. C’est dans les eaux de ce lac que naissent les étranges boules d’algues vertes morimos. On y trouve également des sources chaudes de boues volcaniques, appelées « bokke » en aïnou.
Vénéré comme le « lac des dieux » par les Aïnous, le lac Mashū est d’une limpidité telle qu’il est dit être le lac le plus transparent du monde. On l’appelle aussi le « lac mystérieux » car on ne peut le voir qu’à certaines saisons ; entre mai et octobre, il est très souvent caché par le brouillard. La pureté de ses eaux et son bleu intense reflétant le ciel viennent du fait que le lac est alimenté par les eaux de pluie uniquement.
Le lac Kussharo est le plus grand lac de caldeira du Japon, situé non loin du mont volcanique Iō. La visite de ce dernier, avec ses 1 500 bouches éruptives, offre une balade des plus originales. Il est possible de creuser un trou au bord du lac afin de créer son propre onsen.

Hokkaidō, Aoi Ike (étang)

Hokkaidō, Aoi Ike (étang)

Près de Biei, au centre de Hokkaidō, se trouve l’étang bleu « aoi ike ». Créé par la main de l’homme, il doit sa couleur turquoise aux minéraux dissous dans l’eau, comme l’aluminium et le sulfure. Il possède une autre particularité : au milieu de l’étang se tiennent les squelettes d’arbres datant d’avant la formation de l’étang.

Hokkaidō, Biei (bourg)

Hokkaidō, Biei (bourg)

Biei est un petit village situé au centre de l'île particulièrement connu pour ses grands champs de fleurs, appelés « shikisai no oka » ou la colline aux multiples couleurs. C’est un immense jardin fleuri de 7 hectares qui offre un magnifique panorama.

Hokkaidō, Daisetsuzan (parc national)

Hokkaidō, Daisetsuzan (parc national)

C’est le plus grand parc national du Japon, situé au centre de Hokkaidō. Avec une faune et flore spécifiques au lieu, il offre aux amoureux du grand air une nature sauvage sur plus de 220 000 hectares. Véritable jardin des dieux, le parc possède plusieurs pics volcaniques et de nombreuses cascades. Dès mi-septembre, le parc revêt ses couleurs rouges. Les chemins de randonnée du Mont Asahi au milieu de fumerolles et odeurs de soufre sont très appréciés pour profiter, au sommet, du paysage.
Au Nord du parc se trouve la ville thermale de Sounkyō Onsen, nichée au creux d’une gorge flanquée de falaises boisées joliment appelée la « gorge des nuages ». Offrant de nombreux ryōkan et onsen, c’est une bonne destination pour se relaxer.
Non loin de ce lieu féérique se trouvent les deux célèbres cascades célestes Ginga no Taki ou la « cascade de la Voie Lactée », et Ryūsei no Taki, la « cascade des étoiles filantes ». L’une faite de fins ruisseaux aux reflets argentés et l’autre de puissants jaillissements, elles offrent toutes deux un magnifique spectacle.
Plus à l’Est, le lac Shikaribetsu accueille en hiver un festival bien particulier ; un village éphémère de neige et de glace, dont les bâtiments constituent de véritables œuvres d’art architecturales, est construit sur le lac gelé. En été, on peut profiter de la paisibilité du lac en canoë ou en bateau de croisière, ou plus simplement en se baladant sur ses chemins de promenade.

Hokkaidō, Furano

Hokkaidō, Furano

Village à deux faces au centre de Hokkaidō, Furano c’est surtout des pistes de ski en hiver (novembre – avril) et d'immenses étendues de champs de fleurs en été (mai – octobre). Tulipes, lavandes, coquelicots, cosmos et gypsophiles se succèdent sur une colline aux couleurs vives et aux senteurs chatoyantes. Goûtez aux spécialités sucrées à la lavande, au fameux fromage de Furano, et profitez de l’air pur de la nature.

Hokkaidō, Hakodate

Hokkaidō, Hakodate

Ville portuaire romantique et animée située tout au Sud de l'île, Hakodate est la porte d’entrée à Hokkaidō. Elle fut très influencée culturellement par les échanges avec l’Occident, faisant partie des trois premiers ports du Japon à s’être ouverts au commerce international en 1859. De nombreux bâtiments à l’architecture occidentale, tels que l’église orthodoxe russe ou la forteresse Goryōkaku, parsèment la ville. De nuit, le sommet du Mont Hakodate offre une vue panoramique splendide sur la ville et le port.

Hokkaidō, Jigokudani (vallée)

Hokkaidō, Jigokudani (vallée)

Littéralement la « vallée de l’enfer », ce lieu situé au Sud de l'île doit son nom à ses nombreuses sources chaudes sulfurées et aux vapeurs de gaz qui s’échappent du sol. Créant des paysages comme venus d’ailleurs, ses étangs sulfureux d’environ 50 degrés Celsius offrent de très jolies promenades boisées. Un peu plus loin, on peut profiter d’un bain de pieds naturel le long de la rivière Oyunuma-gawa.

Hokkaidō, Kushiro

Hokkaidō, Kushiro

Située à l’Est de Hokkaidō, Kushiro est la quatrième métropole de l’île. C’est l’une des trois villes au monde offrant les plus beaux couchers de soleil. Non loin de là, le parc national Kushiro Shitsugen et sa vaste plaine marécageuse subliment les paysages hivernaux, que l’on peut admirer à bord d’un train à vapeur en hiver, ou parcourir à cheval à la belle saison.

Hokkaidō, Noboribetsu (village thermal)

Hokkaidō, Noboribetsu (village thermal)

Niché au pied du mont volcanique Hiyori, au Sud-Ouest de Sapporo sur l’île de Hokkaidō, Noboribetsu est un village thermal réputé pour ses onsen. Les eaux bouillonnantes sous la neige d’hiver offrent un spectacle étonnant. Cette destination constitue une agréable escale curative entre Hakodate et Sapporo.

Hokkaidō, Onuma (lac)

Hokkaidō, Onuma (lac)

Le lac Onuma et son parc, décrété « parc quasi national », sont formés à partir de l’éruption volcanique du Mont Komagatake. Situé au Sud de Hokkaidō, il offre grâce à ses nombreux chemins de randonnée de très jolies balades à pied, à vélo ou encore à cheval. On peut également y faire de la pêche, du canoë-kayak et du bateau tandis qu’en hiver, luge, ski et motoneige sont au rendez-vous. Notons les petits ponts qui relient les îles du lac aux berges, ajoutant au paysage un charme pittoresque.

Hokkaidō, Otaru

Hokkaidō, Otaru

C'est une petite ville portuaire se situant sur la côte Est de Hokkaidō. Avec son joli canal, ses anciens entrepôts et ses nombreuses maisons à l’architecture européenne, Otaru a tout d’une cité romantique, bien loin du Japon traditionnel. Halte champêtre aux accents occidentaux, elle offre aux visiteurs (surtout asiatiques) un dépaysement total. Notons les souffleries de verre, spécialités artisanales d’Otaru.

Hokkaidō, Poroto Kotan (village musée)

Hokkaidō, Poroto Kotan (village musée)

Poroto Kotan se trouve dans la ville de Shiraoi, sur l'île de Hokkaidō. Musée en plein air consacré au peuple autochtone aïnous, son nom signifie « grand village en bord de lac » en langue aïnou. En effet il s’agit d’une réplique de village de plusieurs maisons aux toits de chaume décrivant la culture, le mode de vie et les traditions de ce peuple.

Hokkaidō, Rebun (île)

Hokkaidō, Rebun (île)

C'est une toute petite île au large de Wakkanai, à l'extrême Nord de Hokkaidō. Avec sa flore très diversifiée, Rebun est une petite île séduisante qui offre de très jolis chemins de randonnée. Elle est d’ailleurs surnommée « l’île flottante fleurie ». En effet on y trouve plus de 300 variétés de fleurs alpines. En été ainsi qu’en automne, on peut observer au nord-ouest de l’île des phoques qui se prélassent au soleil.

Hokkaidō, Rishiri (île)

Hokkaidō, Rishiri (île)

Rishiri est une petite île au large de Wakkanai, à l'extrême Nord de Hokkaidō. Elle est formée par un cône volcanique éteint, le majestueux Mont Rishiri-zan d’ailleurs surnommé « Rishiri-Fuji ». À pied ou à vélo, on peut atteindre le sommet du Mont Rishiri-zan ou les villages de pêcheurs et y observer les techniques de séchage des algues kombu.

Hokkaidō, Sapporo

Hokkaidō, Sapporo

Bien que relativement nouvelle, la ville de Sapporo est la capitale de Hokkaidō et cinquième métropole du pays. Grâce à son dynamisme culturel et ses spécialités culinaires (bière, rāmen, produits de la mer…), c’est une cité vibrante à la vie nocturne animée. Elle est dotée de grands espaces verts et accueille l’hiver son célèbre festival de la neige, avec ses impressionnantes sculptures de glace.

Hokkaidō, Shikotsu (lac)

Hokkaidō, Shikotsu (lac)

D’origine volcanique ce lac repose sur d’anciens cratères. Il se trouve au Sud de Sapporo, sur l'île de Hokkaidō. Grâce à l’activité tellurique, les eaux de la caldeira ne gèlent jamais et l’on peut ainsi profiter du lac en toutes saisons. Divers moyens d’hébergement sont à disposition ainsi que de nombreuses activités telles que des croisières en bateaux ou de la plongée sous-marine.

Hokkaidō, Shiretoko (péninsule)

Hokkaidō, Shiretoko (péninsule)

Situé à l'Est de Hokkaidō et donnant sur la mer Okhotsk, la péninsule de Shiretoko toute entière est un parc national. Ses montagnes escarpées aux nombreuses falaises et cascades, ses forêts pour certaines encore non explorées, et son riche écosystème lui valent une place au patrimoine mondial naturel de l’Unesco. Son nom en aïnou signifie « là où s’arrête la terre »...

Hokkaidō, Tōya (lac)

Hokkaidō, Tōya (lac)

Située au Sud-Ouest de Hokkaidō, la caldeira du lac Tōya est née de l’éruption volcanique du Mont Usuzan il y a plus de 20 000 ans. Accessible en téléphérique, le sommet du Mont Usuzan offre une superbe vue depuis le lac Tōya jusqu’à l’océan Pacifique.

Hokkaidō, Wakkanai

Hokkaidō, Wakkanai

C’est la ville la plus au Nord de Hokkaidō et par conséquent du Japon. Petite ville très paisible entourée de forêts, de grandes plaines et de la mer, elle profite d’un climat doux l’été (entre 18 et 20°C) alors que le reste du pays étouffe sous la chaleur tropicale. Wakkanai, dont le nom signifie « rivière à l’eau pure » dans la langue aïnou, est très agréable et facile à visiter à pied ou à vélo. C’est également la porte d’entrée vers la Russie et les îles Rebun et Rishiri. À noter que les températures hivernales sont négatives (environ -2°C le jour et -7°C la nuit).

Honshū, Ōsaka

Honshū, Ōsaka

Ōsaka se situe dans la région du Kansai, sur l'île de Honshū. C’est une ville chaleureuse et très animée où la tradition laisse place à la modernité. Dans le quartier de Namba, de nombreux restaurants et stands de nourritures longent la rue Dōtombori, proposant diverses spécialités culinaires de la région (crabe, takoyaki, kushi-katsu, …). Le quartier de Denden Town est le rendez-vous des amateurs de mangas et d’animations japonaises, celui de Shinsaibashi possède plusieurs boutiques de luxe tandis qu’à Amerika-mura, on trouve des boutiques de mode branchées. Le château d’Ōsaka et le temple Tennō-ji sont à faire, mais profitez surtout de l’ambiance de la ville.

Honshū, Fuji (mont)

Honshū, Fuji (mont)

Avec un sommet culminant à 3 776 mètres d’altitude, le volcan iconique, plus haute montagne du Japon, est l’un des symboles majeurs de l’archipel. Sa majestuosité, ses paysages sublimes en toutes saisons et les lacs environnants offrent de très belles balades. L’ascension du Mont Fuji est accessible à tous, même aux randonneurs peu expérimentés.

Honshū, Hakone

Honshū, Hakone

Nichés au cœur d’une région volcanique, la ville de Hakone et ses environs sont très riches en paysages naturels et onsen, d’où il est possible d’admirer le Mont Fuji. Le lac Ashi offre notamment l’une de ses plus belles vues si le temps le permet. Il est très agréable de le traverser en pédalo, ou à bord d’un bateau « pirate », pour rejoindre le sanctuaire Hakone Gongen et son torii émergeant des flots.

Honshū, Himeji

Honshū, Himeji

Cette petite ville située du Kansai abrite le plus beau château du Japon, Trésor national classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Authentique forteresse féodale, le château de Himeji est un chef-d’œuvre d’architecture militaire, symbole de puissance et de pouvoir se dressant sur cinq niveaux. Sa beauté et sa blancheur lui valent le surnom « château du héron blanc ». En bas de ce splendide château se trouvent les jardins Kōko-en, de très jolis jardins traditionnels japonais.

Honshū, Hiroshima

Honshū, Hiroshima

Hiroshima, située au Sud de l'île de Honshū, est la première ville victime du bombardement atomique dans le monde. Bien que meurtrie pendant de nombreuses années suite à la disparition de milliers de personnes, il va sans dire que la ville a bien changé depuis 1945. Elle a en effet été totalement reconstruite et jouit d'un charme méridional. Par ailleurs, elle a tout de même conservé dans son centre, à l’épicentre de l’explosion, des ruines témoins de l’effroyable évènement (le dôme de la bombe) et, au milieu d’un parc souvenir (Parc de la Paix), un émouvant musée.

Honshū, Izu (péninsule)

Honshū, Izu (péninsule)

La péninsule d'Izu est située au centre de Honshū, sur la côte Est. Formé en partie par les éruptions du mont Fuji, c'est un lieu prisé des Tokyoïtes pour se ressourcer dans une station thermale, ou « onsen ». Elle offre des plages paradisiaques et des paysage magnifiques.
La ville d’Atami vaut le détour pour son Hashiriyu Onsen, un des trois plus vieux onsen du Japon, situé dans un sanctuaire. Le musée MOA d’Art Oriental est exceptionnel et à ne pas rater.
Au Sud de la péninsule se trouve Shimoda, un très joli port de pêche. Il possède une dimension historique, du fait que c’est ici que fut signé le traité d’amitié nippo-américain en 1854. La ville est ainsi à la base de l’ouverture du Japon à l’Occident.

Honshū, Izumo

Honshū, Izumo

C’est une ville côtière du Sud de Honshū qui abrite le célèbre sanctuaire Izumo-taisha, l’un des plus anciens et importants sanctuaires shintō du Japon. Le dixième mois du calendrier lunaire, tous les dieux ou « kami » s’y réunissent. Le Izumo Kambe no Sato permet de s’initier aux mythologies, folklore, et arts traditionnels de la région.

Honshū, Kōbe

Honshū, Kōbe

La ville de Kōbe, dont le nom signifie « porte des dieux », est un grand port international notamment connu pour son fameux bœuf de Kōbe. C’est une ville moderne très agréable qui possède le plus long pont suspendu du monde, le pont Akashi Kaikyō, mais aussi la plus ancienne station thermale du Japon, le Arima Onsen, dont les eaux riches en fer et en sel possèdent des vertus thérapeutiques.

Honshū, Kanazawa

Honshū, Kanazawa

Véritable ville des arts située sur la côte Est au centre de Honshū, cette ville très plaisante, préservée des catastrophes naturelles et des bombardements de la Seconde Guerre mondiale a conservé ses traditions artisanales et ses vieux quartiers, où vivaient autrefois geishas et samurais, lui conférant un charme pittoresque. La ville est réputée pour sa technique du laqué or et de la confection des kimonos, mais aussi pour sa collection d’art contemporain. Notons le jardin Kenroku-en, considéré comme l’un des trois plus beaux jardins du Japon.

Honshū, Kurashiki

Honshū, Kurashiki

Surnommée la « petite Kyōto aux canaux », la ville de Kurashiki est un ancien port marchand spécialisé dans le commerce du riz, situé au Sud de Honshū. Les anciens entrepôts du quartier de Bikan, cœur historique du Japon féodal, sont aujourd’hui transformés en musées. On y trouve notamment le musée d’art populaire ou le musée du jouet traditionnel japonais, ainsi que de nombreuses collections occidentales d’artistes tels que Rodin, Picasso, Gauguin, ... Très jolie promenade au bord de l’eau, où l’architecture occidentale de certains bâtiments détonne avec celle des maisons traditionnelles en bois. 

Honshū, Kyōto

Honshū, Kyōto

Kyōto, sous le nom d’Heian-kyō, fut la capitale impériale du Japon du 13e au 19e siècle. En 1868, le jeune empereur Meiji transféra la capitale d’Heian-kyō à Edo ; chacune de ces villes prirent alors respectivement le nom de Kyōto et de Tokyo. Kyōto est restée, dès lors, la dépositaire de la culture et des traditions nationales du Japon, son conservatoire le plus riche de l’art et de l’architecture de l’empire du Soleil Levant. Bon nombre de temples sont à découvrir à Kyōto : le pavillon d'or de Kinkaku-ji blotti au sein d’un vaste parc, le Ryōan-ji et son célèbre parterre de rocs et de rocailles, ainsi que le temple Ninna-ji, connu pour être l'un des meilleurs lieux pour profiter des cerisiers au printemps. La visite du quartier d'Arashiyama et de ses ruelles est l'occasion d'effectuer une promenade emprunte de zénitude dans la bambouseraie. 

Honshū, Matsue

Honshū, Matsue

Surnommée la « cité de l’eau », Matsue est une ville historique située au bord de la Mer du Japon, au Sud de Honshū, que l’on peut découvrir à bord d’un bateau de plaisance, navigant à travers les douves de son château et ses canaux. Elle fut construite sur un marécage au début du XVIIe siècle. Ancienne cité féodale, c’est aujourd’hui une jolie ville qui a préservé un cœur traditionnel et raffiné.

Honshū, Matsumoto

Honshū, Matsumoto

C’est une ville agréable et aérée située au cœur des Alpes japonaises sur l'île de Honshū. Son magnifique château historique, qui existe au moins depuis le VIIIème s. figure parmi les plus beaux châteaux du Japon. Sa particularité réside dans sa couleur noire, qui lui vaut le surnom de « corbeau », ainsi que dans son architecture intacte datant de l’époque féodale. La ville est très agréable à visiter à pied ou à vélo.

Honshū, Miyajima (île)

Honshū, Miyajima (île)

Île sacrée du Japon située tout au Sud de Honshū, et classée comme l’un des trois plus beaux sites du Japon, Miyajima est considérée par le shintoïsme comme une entité divine. Le sanctuaire Itsukushima et son torii tous deux bâtis dans le sable semblent « flotter » à marée haute, ce qui leur vaut une place au patrimoine mondial. Avec sa forêt luxuriante peuplée de daims sauvages, ce lieu offre une atmosphère magique au coucher de soleil. De nombreux chemins de randonnée sillonnent la forêt.

Honshū, Nagano

Honshū, Nagano

La ville de Nagano se situe dans les Alpes japonaises sur l'île de Honshū. La ville est assez récente mais est aujourd’hui un centre politique, économique et culturel prospère qui a accueilli en 1998 les Jeux Olympiques d’Hiver. Entourée de montagnes elle est en effet très attrayante en hiver, offrant de nombreuses pistes de ski. Son véritable intérêt est le temple Zenkō-ji classé Trésor national, et son allée commerçante. Il abrite la première représentation du Bouddha arrivé au Japon, néanmoins cachée aux yeux du public.
À quelques kilomètres à l’Est, osez pénétrer le Jigokudani, parc au cœur d’une forêt montagneuse où les singes se baignent dans des sources chaudes.

Honshū, Nagoya

Honshū, Nagoya

Quatrième métropole du pays, Nagoya est une attachante ville moderne. Elle peut être une agréable pause sur le chemin entre Tōkyō et Kyōto pour flâner et profiter de l’ambiance de la ville. Largement reconstruite après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, il ne reste quasiment plus de traces authentiques de son passé. Son château, bien qu’étant une copie en béton, reste à voir et le musée dédié aux shoguns Tokugawa est très intéressant.

Honshū, Nara

Honshū, Nara

Nara est située au cœur de l’antique région du Yamato, berceau du Japon actuel. Dès le 5e ou 6e siècle, le pouvoir impérial s’y établit, changeant de résidence au gré des évènements ou de la mort d’un empereur. Ce n’est seulement qu’au début du 7e siècle que les empereurs japonais se fixèrent sur le site même de Nara qui devint la première capitale permanente du Japon. Pas pour longtemps, d’ailleurs, car la capitale fut transférée à Heian-Kyō dès la fin du 7e siècle. Epargnée, elle aussi, par la Deuxième Guerre Mondiale, Nara a conservé de nombreux monuments qui remontent à cette lointaine époque ; à commencer par le Grand Bouddha, une énorme statue de bronze de 19 mètres de haut, coulée en 746. La ville possède deux principaux temples : le Tōdai-ji (grand Bouddha) et le Nigatsudō. Des centaines de daims « shika », considérés comme les messagers des divinités, s'y promènent tranquillement.

Honshū, Naruko

Honshū, Naruko

Naruko est une station thermale typique du Nord du Japon. Nichée au cœur des montagnes d’Ou, épine dorsale du nord Honshū, au sein de paysages encaissés, la région de Naruko possède de nombreuses sources d’eau chaude d’origine volcanique. Tour de ville : ruines du sekisho (poste de garde) de Shitomae, que Bashō visita en 1889 et Naruko Gorge.

Honshū, Nikkō

Honshū, Nikkō

Nikkō est une petite ville située sur l'île de Honshū, au Nord de Tōkyō. La beauté naturelle de ses paysages et la richesse de ses temples en font une perle incontournable. Selon un proverbe japonais, « l’on ne connaît pas le beau si l’on ne connaît pas Nikkō ». Pendant plus d’un millénaire la ville fut un haut lieu du bouddhisme japonais. Elle abrite le sanctuaire Tōshō-gu, le sanctuaire shintoïste le plus décoré du Japon, dédié au fondateur du shogunat des Tokugawa et classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Le pont Shinkyō ou « pont sacré » surplombe majestueusement la rivière Daiya et donne accès au sanctuaire.

Honshū, Obuse (bourg)

Honshū, Obuse (bourg)

Obuse est un très joli bourg aux ruelles pittoresques qui fut autrefois un important centre économique et culturel à l’époque d’Edo. Situé près de Nagano dans les Alpes japonaises, il est connu pour ses spécialités à la châtaigne et ses nouilles au sarrasin, ou « soba », mais ce sont sans doute les champs de fleurs qui ont attiré les artistes, car Obuse fut un refuge apprécié des artistes dont le grand maître des estampes Hokusai. Un musée lui y est aujourd’hui dédié.

Honshū, Okayama

Honshū, Okayama

Ancienne cité seigneuriale et ville côtière située entre le Kansai et le Sud de Honshū, Okayama possède deux perles ; l’impressionnant château U-jō et le jardin Kōraku-en, considéré comme l’un des trois plus beaux jardins du Japon. Petite anecdote : Okayama est la ville de Momotarō, le célèbre petit garçon à la pêche des contes japonais.

Honshū, Shirakawago (bourg)

Honshū, Shirakawago (bourg)

Authentique musée à ciel ouvert, Shirakawago est un ensemble de villages historiques nichés au cœur des Alpes japonaises sur l'île de Honshū. La particularité de ces maisons de style « gasshō zukuri » réside dans leur architecture massive avec des toits pentus en chaume de riz, très résistants à la neige. Ces hameaux aux montagnes, rizières et forêts luxuriantes sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.

Honshū, Shizuoka

Honshū, Shizuoka

Le climat particulièrement doux et la vue imprenable sur le Mont Fuji valent à la ville le nom de « colline calme ». De magnifiques balades sur la plage volcanique Miho no Matsubara permettent d’admirer le Mont Fuji.
Juste à côté, le pittoresque plateau Nihondaira offre des vues à couper le souffle sur le Mont Fuji, la péninsule d’Izu, les Alpes du Sud du Japon, le port de Shimizu et la baie de Suruga. Il est relié par un téléphérique au sommet du Kunozan où se trouve le sanctuaire Kunozan Tōshōgu et son musée, dernière demeure de Tokugawa Ieyasu, premier shogun de l’époque Edo.

Honshū, Tōkyō

Honshū, Tōkyō

Première métropole du Japon et nouvelle capitale depuis l’ère Meiji (1868), la ville portuaire de Tōkyō est le symbole d’une modernité et d’une technologie florissant de jour en jour. Au rendez-vous quartiers branchés et excentricité garantis. Le calme des jardins et des temples cachés entre les buildings, effacera l’animation de la ville, donnant l’impression d’être dans un autre monde.

Honshū, Takayama

Honshū, Takayama

Takayama se trouve au centre de Honshū. C'est une ancienne cité féodale dont le charme typique des maisons en bois, longeant les ruelles traditionnelles nous transporte directement à l’époque d’Edo. Ville rurale et historique, elle est ainsi surnommée la « petite Kyôto ».

Honshū, Tsuwano (bourg)

Honshū, Tsuwano (bourg)

C’est un paisible bourg à l’ambiance pittoresque. On y trouve le joli quartier de samurai bordé d’un canal où nagent des carpes koï et de jolis temples. Tsuwano est aussi connu pour un triste événement : à l’époque où la religion catholique était interdite au Japon, des chrétiens japonais clandestins furent envoyés à Tsuwano puis enfermés dans un temple et persécutés. Parmi les 153 réfugiés, 36 furent assassinés. Aujourd’hui une église catholique de style gothique, la chapelle Sainte Marie d’Otometōge, se tient à l’emplacement du temple à la mémoire des 36 martyrs chrétiens.

Honshū, Uji

Honshū, Uji

Considérée comme la « petite sœur de Kyôto » car étant sa voisine, la petite ville de Uji est très connue pour son thé vert et son magnifique temple Byōdō-in construit dans un petit étang. Visites et balades le long de la rivière très charmantes.

Honshū, Wakayama (région)

Honshū, Wakayama (région)

Méconnue des voyageurs, la région de Wakayama dans le Kansai, sur Honshū, est parfaite pour ceux qui veulent découvrir un Japon secret, hors des sentiers battus entre nature et spiritualité. Elle regorge de lieux authentiques et sacrés.
Le Mont Kōya ou Kōyasan est un centre monastique qui abrite le mausolée du célèbre moine fondateur Kōbō Daishi, ainsi que de nombreux autres sites sacrés comme le cimetière Okuno-in, considéré comme le lieu le plus sacré de la montagne. Il est possible de passer la nuit dans un des temples et ainsi profiter d’une expérience inoubliable.
Terre pure, la région montagneuse de Kumano est considérée comme le cœur spirituel du Japon. Ses forêts vierges, ses rivières et cascades offrent des chemins de pèlerinage, comme le Kumano Kodō reconnu bien du Patrimoine mondial de l’Unesco, qui aspirent à la découverte de soi, la purification et la guérison en s’arrêtant au Kumano Sanzan, un complexe de trois grands sanctuaires sacrés. Pour les sportifs, il est possible descendre la rivière Kitayama-gawa en kayak, ou sur un radeau en bois traditionnel, tout en profitant des paysages pittoresques. Plusieurs onsen, dont celui de Kawayu situé à même la rivière, permettent de se ressourcer et se reposer.

Kyūshū, Arita

Kyūshū, Arita

Avec Imari, c’est la ville de la porcelaine par excellence. Elle se situe au Nord-Ouest de Kyūshū. Basées sur des techniques coréennes, ses poteries sont célèbres pour leur élégance et leurs décors délicatement peignés. On trouve dans la ville plus d’une centaine de fours, dont certains ouverts au public, ainsi que plusieurs musées de l’art de la céramique.

Kyūshū, Aso Kuju (parc national)

Kyūshū, Aso Kuju (parc national)

Véritable « terre de feu », ce parc national est constitué d’une quinzaine de volcans encore très actifs dont fait partie le magnifique et verdoyant Mont Aso. Des chemins de randonnée serpentent les principaux pics volcaniques afin d’observer les cratères. Kusasenri, vaste plaine aux verts pâturages où l’on peut se promener à cheval, offre un superbe panorama sur les monts.

Kyūshū, Beppu

Kyūshū, Beppu

Ville située sur la côte de la mer intérieure de Seto, au Nord-Est de Kyūshū, Beppu est aussi citée comme la « ville des enfers » en allusion à ses très nombreux onsen qui baignent la ville dans un nuage de fumée. L’attraction principale est les Huit Enfers, dont le Umi Jigoku ou « mer de l’enfer » à l’eau couleur azur. La température de l’eau est tellement élevée (98°C) qu’on y fait cuire des œufs (onsen tamago). Le Chi no Ike Jigoku, ou « lac de sang de l’enfer », à la couleur rouge provenant des argiles et le Tatsumaki Jigoku, « tornade de l’enfer », d’où un puissant geyser s’élève vers le ciel en font partie.

Kyūshū, Chiran (bourg)

Kyūshū, Chiran (bourg)

C’est un joli bourg au Sud de Kyūshū, qui fut jadis un village de samurais puis une base de décollage d’avions kamikazes. Certaines maisons de samurais et leur jardin sont aujourd’hui ouverts aux visiteurs, ainsi que le Musée de la Paix des Kamikazes. Chiran offre également de jolies promenades entre les ruelles pittoresques et les plantations de thé vert, qui s’étendent à perte de vue autour du bourg.

Kyūshū, Daizaifu

Kyūshū, Daizaifu

C’est une petite ville historique au Sud-Est de Fukuoka, qui fut autrefois, durant les ères Nara et Heian (début VIIIe à fin XIIe siècle), le siège gouvernemental de Kyūshū. Principalement connue pour son sanctuaire Tenman-gū, la ville possède de nombreuses traces historiques, telles que les ruines de l’Office Gouvernemental de Dazaifu, ou celles de Mizuki et du château d’Ono… offrant de belles balades entre les sites.

 

Kyūshū, Fukuoka

Kyūshū, Fukuoka

Ville où il fait bon vivre, Fukuoka est une ville dynamique qui a su préserver son héritage culturel et historique. Située en bord de mer, au Nord de Kyūshū, elle possède de très jolies plages. Fukuoka est réputée pour ses nombreux yatai, carrioles apparaissant dans les rues en fin d’après-midi et proposant des plats à manger sur place.

Kyūshū, Gotō (îles)

Kyūshū, Gotō (îles)

Les îles Gotō forment un archipel de 150 îles au large de Nagasaki possédant de très belles plages et une mer bleu turquoise. Son histoire est très liée au christianisme. En effet, entre le XVIIe et le XIXe s., de nombreux chrétiens japonais fuirent les persécutions et vinrent se réfugier sur ces terres reculées pour y vivre cachés et reclus. De ce fait on y trouve un grand nombre d’églises, dont l’église Dozaki construite en 1908 et première église de style européen des Gotō.

Kyūshū, Gunkanjima (île)

Kyūshū, Gunkanjima (île)

Au large de Nagasaki, à Kyūshū, se trouve l’île abandonnée Gunkanjima, une ville fantôme classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. Autrefois appelée Hashima, son actuel nom signifie « l’île navire de guerre ». C’est une ancienne cité charbonnière qui accueillit pendant la Seconde Guerre mondiale plus de 800 coréens, alors soumis à des travaux forcés. Ses paysages aux airs post-apocalyptiques ont été le décor de plusieurs films comme James Bond ou l’Attaque des Titans.

Kyūshū, Ibusuki

Kyūshū, Ibusuki

Ibusuki est située tout au Sud de l'île de Kyūshū. Elle est connue comme étant la ville des bains de sable chaud. Les eaux volcaniques souterraines chauffent le sable à une température de 50°C, et l’on peut s’y faire ensevelir pour profiter de ce sauna naturel. Les alentours offrent de belles promenades comme au Lac Ikeda, peuplé de grandes anguilles et abritant selon la légende locale un monstre appelé « Issy ».

Kyūshū, Kagoshima

Kyūshū, Kagoshima

Cette ancienne cité féodale est située dans la baie de Kinkō au sud de l’île de Kyūshū. En raison de son doux climat ensoleillé et de sa proximité avec l’impressionnant volcan Sakurajima, elle est surnommée la « Naples de l’Orient ». Son histoire est liée au courageux et vigoureux héros Takamori Saigō, aussi connu comme le « dernier samurai ». Celui-ci a joué un rôle important dans la naissance du Japon moderne, avant de se suicider en 1877 sur la colline de Shiroyama, théâtre de l’ultime bataille de la rébellion de Kagoshima.

Kyūshū, Karatsu

Kyūshū, Karatsu

Ancienne cité féodale, Karatsu est aujourd’hui un port de pêche situé au Nord-Ouest de l’île de Kyūshū, et dispose de magnifiques plages et bords de mer. La ville est célèbre pour son château datant de 1608, mais surtout pour son festival Karatsu Kunchi, qui a lieu chaque année du 2 au 4 novembre, où de gigantesques chars, appelés « hikiyama », richement décorés à l’effigie de lions, dragons, ou casques samurai, défilent dans les rues, tirés par des centaines d’hommes. Ce festival est classé Bien immatériel de la culture japonaise.

Kyūshū, Kumamoto

Kyūshū, Kumamoto

Surnommée la « ville des bois et de l’eau fraîche » pour ses cours d’eau et ses nombreux jardins, Kumamoto est une grande ville branchée et dynamique qui fut autrefois une ville seigneuriale très prospère, située sur l'île de Kyūshū. Son château figure parmi les trois plus beaux châteaux du Japon. La ville possède plusieurs musées d’art ainsi qu’un très joli jardin, le Suizenji-jojuen, à l’image des paysages célèbres de l’ancienne route du Tōkaidō, comme le Mont Fuji ou le Lac Biwa.

Kyūshū, Kurokawa Onsen (village thermal)

Kyūshū, Kurokawa Onsen (village thermal)

Niché sur un flanc du massif du Mont Aso, sur l'île de Kyūshū, ce village thermal est célèbre pour ses nombreux « rotemburo » (sources chaudes en plein air) dont la qualité de l’eau est réputée dans tout le Japon. Ce lieu est très reposant et les ruelles pittoresques offrent de jolies balades entre deux onsen.

Kyūshū, Miyazaki (région)

Kyūshū, Miyazaki (région)

Situé au Sud-Est de l’île de Kyūshū, Miyazaki est connu pour abriter de nombreux sanctuaires liés au mythe de la création du Japon, comme le Miyazaki-jingū, dédié à l’empereur Jinmu, fondateur mythique de l’empire du Japon. La région offre de magnifiques sites pour les amoureux de la nature : les Gorges Takachiho aux colonnes basaltiques, entre lesquelles on navigue à bord d’un bateau, ou la Vallée Kaeda et ses nombreux chemins de randonnée.

Kyūshū, Nagasaki

Kyūshū, Nagasaki

C’est une ville portuaire historique très agréable située sur la côte Est de Kyūshū. Depuis longtemps largement ouverte sur le monde, Nagasaki s’est enrichie d’influences chinoises, portugaises et hollandaises que l’on retrouve dans ses spécialités culinaires ainsi que ses édifices à l’architecture occidentale. La ville bénéficie d’un climat chaud mais aéré qui lui offre une atmosphère douce, aux sons de la clochette du tramway d’époque ou des cloches des églises. Deuxième théâtre de la bombe atomique en 1945, elle possède de superbes lieux de mémoire. Notons le Jardin de Glover, niché en haut d'une colline, avec ses jolis jardins et ses belles résidences de style colonial.

Kyūshū, Okawachiyama

Kyūshū, Okawachiyama

C’est un petit village de potiers au Nord-Ouest de Kyūshū, largement connu pour sa porcelaine Nabeshima, qui était jadis uniquement réservée aux hauts dignitaires du régime shogunal. Considéré comme un des berceaux de la céramique japonaise, Okawachiyama regorge de fours traditionnels, de moulins à eau, de petites ruelles bordées de nombreuses boutiques artisanales, lui offrant un charme pittoresque sublimé par de magnifiques paysages de montagne.

Kyūshū, Saga

Kyūshū, Saga

Saga est une ville au Nord-Ouest de l’île de Kyūshū, disposant de riches traces de son passé, tels que son château, ses résidences de samurais, ou ses entrepôts traditionnels de style kura-zukuri, aux lourdes toitures typiques. Non loin de la ville, se trouve le parc historique Yoshinogari qui reconstitue, selon les ruines du site archéologique découvert sur place, un village de la période Yayoi (-300 avant J-C à 300 après J-C).

Kyūshū, Usuki

Kyūshū, Usuki

C’est un petit village situé sur la côte Est de Kyūshū, célèbre pour ses 60 Bouddhas de pierre sculptés à même la roche, datant de l’ère Kamakura (XIIe – XIXe s.). Usuki est également intéressante pour les ruines de son château et son ancien quartier de samurais, qui forment une belle balade historique.

Kyūshū, Yakushima (île)

Kyūshū, Yakushima (île)

Yakushima, ou l’île mystique aux cèdres millénaires, est située à quelques dizaines de kilomètres au sud de Kyūshū. Célèbre pour sa nature luxuriante aux forêts denses et primaires, elle a grandement inspiré le réalisateur japonais Hayao Miyazaki pour son film d’animation Princesse Mononoké. Hormis les hommes elle est habitée par de nombreux singes, daims et tanukis. Des circuits de randonnée permettent de découvrir l’île avec ses cascades et ses forêts de cèdres abritant le Jomon Sugi, le cèdre le plus vieux du monde âgé de 6 300 ans voire 7 200 ans. L’île est le premier site japonais à être classé au Patrimoine mondial naturel de l’Unesco.

Kyūshū, Yufuin (village thermal)

Kyūshū, Yufuin (village thermal)

Nichée au pied du Mont Yufu, sur l’île de Kyūshū, Yufuin est une petite ville thermale voisine de Beppu à l'ambiance calme et raffinée, et qui recèle de luxueux ryōkan. Avec le lac Kinrin-kō et ses charmantes rues commerçantes, la ville est agréable à visiter, en calèche ou en pousse-pousse.

Okinawa (archipel)

Okinawa (archipel)

« Hawaii japonais », Okinawa est un archipel d’îles paradisiaques formant l’ancien royaume de Ryūkyū. Il se situe à l’extrême Sud du pays.
Annexé au Japon assez tardivement (fin XVIIIe s.) sa culture fut très influencée par la Chine, Taiwan et la Polynésie qui ont laissé leur trace dans la musique, les habits traditionnels et l’architecture d’Okinawa. La succulente gastronomie de la région, complètement différente de celle du reste du Japon, est également connue pour être très diététique. Osez goûter au fort alcool « Habushū » dont les bouteilles contiennent un serpent.
L’archipel possède une très riche faune et flore sous-marine, offrant aux baigneurs et plongeurs de magnifiques et exotiques balades marines. Au nord de la principale île se trouve l’Aquarium Churaumi, deuxième plus grand aquarium du monde, faisant aussi partie des plus beaux aquariums du Japon, sinon du monde.
La capitale Naha, ville moderne très animée au charme typique d’Okinawa, est riche d’une histoire exceptionnelle. Dans la vieille ville se trouve le château Shuri-jō, siège du royaume indépendant de Ryūkyū avant l’annexion par le Japon. Son grand intérêt historique et artistique lui vaut une place au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. Notons dans le centre-ville la rue Kokusai à l’ambiance extrêmement vivante, le marché Makishi où l’on peut déguster, entre autres, des poissons exotiques à l’étage juste après les avoir achetés, ou les nombreuses échoppes de poterie.

Shikoku, chemin des 88 temples (pèlerinage)

Shikoku, chemin des 88 temples (pèlerinage)

Ce pèlerinage de 1 200 km retrace les pas du moine Kōbō Daishi, fondateur de la secte bouddhiste Shingon et considéré comme le père de la culture japonaise. Il existe un ordre traditionnel de visite des temples mais il est possible de faire le chemin en sens inverse, ou de le faire partiellement et avec divers moyens de transport. Il n’est pas rare de croiser les pèlerins « o henro san », reconnaissables à leur tenue blanche, leur chapeau de paille, leur sac et leur bâton, logeant dans des temples ou hôtels.

Shikoku, Dogō Onsen (établissement)

Shikoku, Dogō Onsen (établissement)

C’est un établissement de bains situé dans la ville de Matsuyama, à l’ouest de Shikoku. Ses eaux aux vertus thérapeutiques en font l’un des plus célèbres onsen du Japon. Il est d’ailleurs fréquenté par la famille impériale et a inspiré le réalisateur japonais Hayao Miyazaki pour dessiner la maison des bains de son film d’animation Le Voyage de Chihiro.

Shikoku, Iya (vallée)

Shikoku, Iya (vallée)

Sur l'île de Shikoku, près de Tokushima, ville connue pour son festival Awa Odori (mi-août) où des centaines de musiciens et danseurs défilent dans les rues dans une ambiance enflammée, se trouve la vallée d’Iya, petit paradis de terre sauvage. Un impressionnant pont fait de lianes sauvages, le Kazura-bashi, est suspendu au-dessus d’une jolie rivière, offrant un paysage atypique.

Shikoku, Kochi

Shikoku, Kochi

C’est une ville balnéaire au centre de Shikoku qui ne présente pas beaucoup d’intérêt touristique en dehors de son château, mais qui accueille les 10 et 11 août le spectaculaire festival Yosakoi. Il s’agit d’un défilé de centaines de danseurs aux costumes colorés, effectuant des danses dynamiques sur des musiques au rythme endiablé, ainsi que de porteurs de gigantesques drapeaux dans une ambiance spectaculaire et inoubliable.

Shikoku, Takamatsu

Shikoku, Takamatsu

Principale porte d’entrée sur Shikoku, cette ville vaut le détour pour son parc Ritsurin-kōen, jardin magnifique au charme pittoresque. Takamatsu possède également le théâtre de kabuki le plus ancien du Japon, le Kanamaru-za, datant de 1835.