Inscrivez-vous à notre lettre d’information :

Les circuits en Iran

  • Iran Magie persane 14 jours
  • Iran La Perse d'hier et l'Iran... 20 jours
  • Iran Expédition dans les déser... 18 jours
  • Iran Sistan et Baloutchistan j... 15 jours
  • Iran 14 jours

    Magie persane (A513)

    Départ garanti > Jeudi 3 Mai 2018

    Quelques points forts :

    • Kashan : les somptueuses maisons des riches commerçants de l'ère Qadjar
    • La place Naghsh-e-Jahan d'Esfahan et ses palais, mausolée et mosquée exceptionnels
    • Les mosquées du Vendredi et de l'Imam d'Esfahan (UNESCO)
    • Le bazar d'Esfahan, centre majeur d'artisanat traditionnel
    • Yazd entièrement inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO
    • Rayen et Bam (UNESCO), magnifiques cités du désert en pisé
    • Persépolis et Pasargades, sites achéménides (UNESCO)
  • Iran 20 jours

    La Perse d'hier et l'Iran d'aujourd'hui (A514)

    Départ garanti > Mardi 1 Mai 2018

    Quelques points forts :

    • Les vestiges du château d'Alamut perché sur un rocher et la citadelle de Bâbak
    • Ardabil et le sanctuaire du Sheikh Safi Al-Din (UNESCO)
    • Les monastères arméniens de Saint-Thaddée, Saint-Stéphanos et Dzordzor (UNESCO)
    • Kermanshah dont la population est à majorité Kurde et son exceptionnel teqiyeh Moaven ol-Molk
    • Le mausolée grandiose de Soltaniyeh (UNESCO)
    • Le bel artisanat iranien
    • Les incontournables : Shiraz et Esfahan et les sites de Persépolis et Takht-e Soleyman (UNESCO)
  • Iran 18 jours

    Expédition dans les déserts d'Iran (A515)

    Quelques points forts :

    • La variété des paysages traversés : déserts de sel, dunes, canyons, montagnes aux neiges éternelles...
    • Bam (UNESCO) et Rayen, citadelles du désert
    • Les kalouts, "pyramides de terre" du désert de Shahdad (UNESCO)
    • Mashhad, ville sainte majeure du chiisme
    • 3 passagers par 4x4
  • Iran 15 jours

    Sistan et Baloutchistan jusqu'au détroit d'Ormuz - de Birjand à l'île de Qeshm (A518)

Iran en vidéo

Les plus beaux sites en Iran :

ABYANEH

ABYANEH

Abyâneh est un village traditionnel blotti sur le flanc d'une belle vallée. Ses habitantes arborent encore des vêtements colorés qui tranchent avec le noir ambiant des iraniennes... Le village très pittoresque livrera tous ses charmes à ceux qui prendront le temps de le découvrir de loin après quelques heures de marche...

ALAMUT

ALAMUT

Alamut, perché à 1800 mètres d'altitude dans l'Alborz, surplombe une vallée grandiose. L'histoire de ce château est liée depuis le XIIème siècle aux Nizarites, secte chiite ismaélienne, appelés plus communément les Assassins. En 1256 les mongoles mettront fin à la domination nizarite.

ALI SADR

ALI SADR

Découverte dans les années 1950, la grotte naturelle d'Ali Sadr est réputée être la plus belle d'Iran. Elle se visite en barque, permettant de découvrir de magnifiques salles parsemées de stalactites.

ARDABIL

ARDABIL

Ardabil, aujourd'hui ville de 500 000 habitants, aurait été fondée au Ve siècle sous la dynastie sassanide. Détruite par les Mongols en 1120, elle fut choisie comme centre spirituel par Safi al-Din, fondateur d'un ordre soufi. Un de ses lointains descendants, Shâh Ismâil Ier y fonda la dynastie des Safavides.

Ardabil, centre de création de tapis, fut longtemps réputée pour son marché de soieries.

L'impressionnant complexe funéraire dont le coeur est constitué du tombeau de Safi al-Din justifie pleinement l'arrêt dans la ville.

ARDAKAN

ARDAKAN

Situé à la lisière du désert, Ardakân est un village encore pourvu de quartiers anciens, d'une mosquée du Vendredi ainsi que d'un caravansérail safavide. Il est à proximité d'un important lieu saint zoroastrien (Chak Chak ou Pir-e Sabz), objet d'un pélerinage annuel.

ARDESTAN

ARDESTAN

Ardestân possède une mosquée du vendredi du IXe siècle, l'une des plus anciennes de plan persan.

BAM (ARG-E BAM)

BAM (ARG-E BAM)

La cité de Bam fut sans doute fondée sous la période Parthe mais, pour l'essentiel, elle remontait à l'ère Safavide (1501 - 1732) avant que le tremblement de terre du 26 décembre 2003 ne vienne la détruire. Cet ensemble, le plus vaste construit en adobe au monde (18 hectares), fait l'objet d'une importante restauration. En 2013 l'UNESCO a même retiré Bam de la liste des sites en péril, estimant que le site était stabilisé et désormais sain. Il est à nouveau ouvert aux visites.

BISHAPUR

BISHAPUR

Bishâpur est l'une des villes sassanides les plus importantes d'Iran. Ce fut Shapur Ier qui la fonda en 266, lui conférant le nom de "Veh Shapur" (la belle ville de Shapur) devenant, par déformation Bishâpur. La cité est, évidemment marquée par ce roi dont on visitera, notamment, le palais et, au nord, de magnifiques bas reliefs tout à sa gloire et à celle de ses successeurs...

BISUTUN (ou BEHISTUN)

BISUTUN (ou BEHISTUN)

La montagne de Bisutun accueille sur ses flancs de magnifiques bas reliefs achéménides retraçant les exploits de Darius Ier. De multiples vestiges des époques séleucide, parthe et sassanides enrichissent le site.

CHOGHA ZANBIL (ZIGGURAT)

CHOGHA ZANBIL (ZIGGURAT)

La ziggurat de Choghâ Zambil constitue le vestige architectural majeur de la civilisation élamite et l'une de celle les mieux conservées. Elle fut édifiée par le roi élamite Untash-Napirisha (1345 - 1305 avant JC).

DAMGHAN

DAMGHAN

Créée sous les sassanides (IIIe - VIIe siècles), la ville de Dâmghân subit les dévastations des Mongols, Timourides, Ouzbeks et Afghans. Elle a cependant conservé des monuments remarquables comme la mosquée Târikhâneh (VIIIe siècle), l'une des seules grandes mosquées qui nous restent des débuts de l'islam en Iran, la mosquée du Vendredi d'époque seldjoukide et la tour funéraire en brique Pir-e Alamdâr (1027).

DASHT-E KAVIR

DASHT-E KAVIR

Le Dasht-e Kavir (désert de sel) s'étend sur 25 000 km². Il est bordé au nord par les monts Alborz et au sud par le Dasht-e Lut. C'est un désert de sable et de rocailles qui possède des marais salés.

DASHT-E LUT

DASHT-E LUT

Le Dashet-e Lut (désert du Vide) se déploie au sud du Dasht-Kavir sur 50 000 km². C'est l'un des lieux les plus chauds du monde.

ESFAHAN (ISPAHAN)

ESFAHAN (ISPAHAN)

Avec ses 2 millions d'habitants, Esfahân est l'une des premières villes d'Iran. Le centre historique, dont le coeur est la place Royale (Meydân-e Shâh), compte une multitude de mosquées, de minarets, de palais, de ponts, de caravansérails, de madrassas qui sont autant de chefs-d'oeuvre architecturaux. Pierre Loti s'émerveillait à la vue de ses dômes et de ses minarets "dans des tons bleus, si puissants et si rares que l'on songe à des pierres fines, à des palais en saphir, à d'irréalisables splendeurs de féérie". Un must absolu !

FAHRAJ

FAHRAJ

Situé à une trentaine de km de Yazd, Fahraj possède une des plus vieilles mosquées d'Iran (VIIIe - Xe siècles). On y retrouve même une influence sassanide.

HAMADAN

HAMADAN

Appelée Ecbatane dans l'Antiquité, Hamadan fut fondée par les Mèdes (VIIIe - VIe siècles avant JC) et devint leur capitale. Conquise par Cyrus II, elle fut alors celle des Achéménides (VIe - IVe siècles avant JC). Ecbatane fut un lieu de villégiature pour les souverains et un important relai commercial entre la Mésopotamie et l'Orient. Elle subit ensuite de nombreuses dévastations (arabes en 644, Daylamites, Alides, Turcomans, Seldjoukides, Mongols...).

On visitera avec intérêt les vestiges d'Ecbatane situés sur la colline de Hegmataneh, le mausolée d'Esther (celle de la Bible).

La plupart des édifices de Hamadan sont d'époque Qâdjâr. On notera néanmoins la présence de deux belles tours funéraires ; l'une carrée, le Gombad-e Alavian (XIIe ?) ; l'autre dodécagonale au dôme cônique pyramidal, le Bordj-e Qorbân (XIIIe/XIVe).

Mentionnons enfin que le célèbre médecin philosophe Avicenne est mort à Hamadan en 1037.

 

 

KALAT

KALAT

Kalât se situe au coeur d'un région montagneuse, accessible par une route aux paysages souvent extraordinaires. Le centre d'intérêt principal est le palais Khorshid ("Soleil"), de forme octogonale, construit par Nâder Shâh.

KANDOVAN

KANDOVAN

Kandovân est le plus beau et le plus intéressant des villages de la région. Comme en Cappadoce, plusieurs maisons sont creusées dans des cônes de tuf volcanique.

KASHAN

KASHAN

Cité de 300 000 habitants, Kâshân fut fondée sous la dynastie sassanide (IIIe - VIIe siècles). Shâh Abbâs Ier de la dynastie Safavide (XVIe - XVIIIe) la porta à son apogée en l'enrichissant de palais, de jardins et de bazars.

Centre de production de céramiques depuis le XIIe siècle, Kâshân a donné son nom au mot persan (kâshi) désignant les carreaux de céramique.

Parmi les merveilles à découvrir, citons le jardin de Fin, de somptueuses maisons patriciennes (Borudjerdi, Tabâtabâi, Abbâsiân, Ameri), les mosquées du Vendredi, Meydân, la mosquée-madrassa Aqâ Bozorg et le bazar avec ses caravansérails et son hammam...

KERMAN

KERMAN

Fondée, semble-t-il, sous la dynastie sassanide, Kermân fut longtemps, du fait de son éloignement au bord du désert du Lut, un refuge de zoroastriens. Ville commerçante prospère, relais de la Route de la Soie, elle fut par conséquent l'objet de convoitises successives (mongole, timouride, ouzbek, baloutche, afghane...). Elle est connue particulièrement pour ses tapis. Bazar, mosquées, mausolées, hammams, caravansérails d'époques essentiellement safavide et qâdjâre émaillent cette cité de  plus de 600 000 habitants.

KERMANSHAH

KERMANSHAH

Kermânshâh (900 000 habitants) se trouve sur la route qui reliait Babylone à Ecbatane dans l'Antiquité et Bagdad à Hamadân à l'époque islamique. C'est un relais pour les pélerins qui se rendent aux tombeaux des imams Ali et Hosseyn à Nadjaf et à Karbala. On y trouve principalement des édifices de l'époque Qâdjâre et, en particulier, le Tekiyeh (théâtre) Moaven ol-Molk, destiné à la représentation des ta'ziyehs (drame théâtral célébrant le martyre de Hosseyn à Karbala).

Au nord de la ville, on visitera avec intérêt deux iwans sassanides creusés dans la roche et décorés en bas-reliefs.

KISH (ILE DE)

KISH (ILE DE)

L'île de Kish fut, des siècles durant, l'un des plus importants centres commerciaux du Golfe persique. C'est aujourd'hui une zone hors taxe où les riches Iraniens viennent faire du shopping, et mènent une dolce vita plus ouverte que sur le continent... L'île se visite plus agréablement en hiver. On y découvrira avec intérêt les ruines de l'ancienne cité de Harireh (XIIIe-XIVe siècles).

MAHAN

MAHAN

Mahan mérite d'être visitée pour au moins deux raisons.

L'une spirituelle, puisque s'y trouve le mausolée du fondateur d'une des plus importantes confréries mystiques, descendant du Ve imam chiite. Ce mausolée fut fondé en 1437, agrandi et restauré par les Safavides au XVIIe puis par les Qadjars au XIXe.

L'autre, de pur agrément, avec le jardin de Shâzâdeh dessiné sous les Qadjars. Un des plus beaux jardins d'Iran.

MARAGHEH

MARAGHEH

Marâgheh fut connue dès le XIIIe siècle pour son observatoire astronomique, le plus grand du monde musulman. Il est aujourd'hui très ruiné. En revanche, quatre tours funéraires méritent toute notre attention, le Gonbad-e Sorkh (le tombeau rouge), le Gonbad-e Kabud (le tombeau bleu) et le Gonbad-e Khâhar-e Hulagu (XIIe), ainsi que le Gonbad-e Ghaffariyeh (XIVe).

MASHHAD

MASHHAD

Mashhad est la première ville sainte du pays et, avec ses 2 800 000 habitants, la deuxième d'Iran en nombre d'habitants. Son histoire commence en 809 lorsque Nuqân (ancienne Mashhad) connut la mort de Harun al-Rashid, le fameux calife abbasside. Mais la ville est surtout vénérée parce qu'elle abrite le tombeau d'Ali al-Reza, le VIIIe imam chiite qui mourut ici. Après avoir connu de violentes vicissitudes ghuzz, mongole puis ouzbek, Mashhad, avec la "tombe du martyr", devient le plus important centre chiite avec les Safavides. Elle attire aujourd'hui entre 15 et 20 millions de pélerins par an. Nader Shah en fit sa capitale de 1727 à 1735. Le principal site remarquable est, bien sûr, le vaste complexe sacré enveloppant le tombeau de l'imam Reza. Le Gonbad-e Sabz (le dôme vert), construit par Shah Abbâs en 1603, le tombeau de Khwâdjeh Rabi (XVIIe) et la mosquée royale (1451) mériteront aussi notre attention.

MASULEH

MASULEH

Masuleh est l'un des plus beaux villages traditionnels iraniens. Il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

MEYBOD

MEYBOD

Meybod a sûrement connu son heure de gloire dans le passé. On y trouve une imposante citadelle et des quartiers aujourd'hui ruinés.

Deux monuments exceptionnels méritent l'attention : un pigeonnier et une glacière. Dans cette dernière on entreposait de la glace récoltée en hiver, conservée ainsi plusieurs mois. La forme ovoïdale de l'intérieur de la glacière est assez spectaculaire !

MONASTERE SAINT STEPHANOS

MONASTERE SAINT STEPHANOS

Le monastère de Saint Stephanos, situé près de la ville de Jolfâ, fut fondé au Xe siècle. Il fit l'objet d'agrandissements et de restaurations multiples entre entre le XVIe et le XIXe siècle. Ce monastère est inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

MONASTERE SAINT THADDEE

MONASTERE SAINT THADDEE

Le monastère Saint Thaddée est dédié à celui qui, le premier, évangélisa la région et y mourut en martyr. Le site existe depuis au moins le Ve siècle et connut des restaurations et des agrandissements entre le XIIIe et le XIXe siècle. Il fait l'objet d'un pèlerinage annuel en juillet et est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

NAIN

NAIN

Nâ'in est connue pour sa mosquée du Vendredi, une des plus anciennes d'Iran, fondée sous les Abbassides puis remaniée sous les Seldjoukides au XIe siècle ; son minaret octogonal remonterait au Xe siècle.

Une magnifique maison safavide du XVIe siècle (Pirniâ) est visitable à proximité.

NAQSH-E ROSTAM

NAQSH-E ROSTAM

Situé à quelques kilomètres de Persépolis, le site de Naqsh-e Rostam est un éperon rocheux qui abrite les tombes des souverains achéménides percées dans la falaise. Quelques siècles plus tard, les Sassanides feront graver des bas-reliefs à leur gloire militaire. On y verra notamment Shapur Ier sur son cheval dominant l'empereur de Rome, Valérien, vaincu, à genoux devant lui... C'est aussi un site qui, par ses quelques édifices, affiche son caractère zoroastrien.

NATANZ

NATANZ

Natanz se distingue par sa mosquée d'époque ilkhânide (XIIIe - XIVe) qui englobe un somptueux portail de khânqâh (couvent de derviches) aux céramiques bleu et turquoise ainsi qu'un mausolée soufi à l'élégante coupole tapissée de muqarnas.

Derrière ce complexe on pourra apercevoir les restes d'un temple du feu sassanide (Chahâr tâq).

NEYRIZ

NEYRIZ

Neyriz, située non loin du Lac Salé, s'ennorgueillit de son ancienne mosquée du Vendredi datant (Xe siècle pourvue) d'un magnifique mirhab.

PASARGADES

PASARGADES

Après avoir vaincu les Mèdes au VIe siècle avant JC, Cyrus II décida de créer Pasargades au coeur du berceau de la Perse. Il n'en reste que des ruines assez peu lisibles. En revanche, le tombeau de Cyrus s'impose, lui, clairement au regard. Un arrêt rapide constituera une halte légère mais émouvante devant ce lieu où fut enseveli le plus grand monarque de la terre pour son époque.

PERSEPOLIS

PERSEPOLIS

Persépolis, la ville des Perses en grec, fut le centre économique et administratif de l'empire achéménide. Elle fut entièrement vouée à la célébration de la fête zoroastrienne du Nowruz à l'occasion du Nouvel An. Sa construction remonte à Darius Ier (522 - 486 av JC). Persépolis sombra sous le feu de l'incendie ordonné par Alexandre en 330 av JC qui en extorqua les trésors. Il ne fallut pas moins de 10 000 paires de mulets et 5 000 chameaux pour les transporter, nous rapporte Plutarque !...

Les fabuleux bas-reliefs du mur de l'escalier menant à l'Apadana (salle du trône) nous donnent une idée de l'immense richesse accumulée grâce aux offrandes que tous les peuples "de la terre" déposaient aux pieds du souverain...

QAZVIN

QAZVIN

Qazvin, aujourd'hui 500 000 habitants, fut, un temps, choisie comme capitale des Safavides au XVIe siècle. On y trouvera un patrimoine à la mesure de l'importance historique de cette cité : une mosquée du Vendredi, fondée, dit-on, par Harun al-Rashid au VIIIe siècle, la mosquée du Prophète (XVIe siècle), l'Imâmzâdeh Hosseyn contenant la tombe d'un fils de l'Imam Rezâ (fondé au XIVe-XVe), le hosseyniyeh Aminihâ (XIXe), la madrassa Heydariyeh (XIIe), le mausolée de Mustafawi (XIVe). On y découvrira également des portes, palais, bazar et caravansérail construits tout au long de l'histoire prestigieuse de cette ville désormais assoupie...

QOM

QOM

Qom, 1 100 000 habitants, est un lieu du chiisme depuis au moins le IXe siècle lorsque Fatima, soeur du VIIIe Imam, y mourut et y fut enterréee. Au XVIe siècle, les Safavides imposant le chiisme à l'Iran firent construire le mausolée de Fatima, principal centre d'intérêt de la ville. Hélas, celui-ci n'est pas accessible aux non-musulmans.

l'Imam Khomeyni enseigna à Qom qui devint alors un ferment de résistance à la dynastie Pahlavi.

RAYEN

RAYEN

A mi-chemin entre Bam et Kermân, Rayen est une citadelle médiévale en brique crue de 2 000 m2 fort bien conservée. Située au somment d'une colline, elle serait d'époque sassanide.

SANANDADJ

SANANDADJ

Sanandadj, 400 000 habitants, ville prospère sous les Safavides, fut saccagée au XVIIIe siècle. Elle possède une curiosité avec sa mosquée qui, dit-on, a reçu sur ses murs les deux tiers du Coran en calligraphie ! Deux ponts l'un safavide, l'autre qadjar situés à l'extérieur de la ville, ainsi que la maison palatiale de Khosrow Abâd (XVIIe-XIXe) méritent également l'attention.

SARVESTAN

SARVESTAN

On fera une halte à Sarvestân pour découvrir un intéressant mausolée du XIII-XIVe siècle ainsi qu'un palais sassanide, à quelques kilomètres de là.

SEMNAN

SEMNAN

Située entre les montagnes de l'Alborz et le Dasht-e Kavir, Semnân, 170 000 habitants, fut fondée sous les Sassanides (IIIe-VIIe siècles). On y verra la mosquée du Vendredi (d'époques seldjoukide, timouride puis safavide), la mosquée-madrassa Imam Khomeyni (XIXe), le hammam Hazrat (timouride, restauré sous les qâdjârs), l'imposant portail Arg-e Semnân (qâdjâr) et, à 5 km, la forteresse de Sâru.

SHIRAZ

SHIRAZ

Shirâz, 1 600 000 habitants, est aujourdh'ui une cité industrielle et universitaire (sa faculté de Médecine est la plus réputée d'Iran). Elle commença sans doute d'exister sous l'ère sassanide et devint, à l'époque islamique, un centre de théologie soufique et de poésie. Après plusieurs destructions naturelles et guerrières, Shirâz fut modelée au XVIIIe siècle par Karim Khan qui lui donna sa physionomie actuelle. De nombreuses mosquées, madrassas, mausolées sont à découvrir. On s'attardera aussi sur des monuments particuliers  comme la Citadelle du Régent (Arg-e Karim Khan), un somptueux hammam ainsi que les tombeaux de Hâfez et de Saadi, deux immenses poètes, objets l'un et l'autre d'un véritable culte de la part des Iraniens.

SOLTANIYEH

SOLTANIYEH

Non loin de Zandjân, Soltâniyeh (la ville du Sultan) reste le plus beau témoignage de la présence mongole en Iran. On y verra le mausolée d'Uldjâitu construit par celui-ci au début du XIVe siècle puis restauré par le roi safavide Tahmâsp Ier (XVIe). Ce mausolée est particulièrement remarquable pour son dôme de 25,50m de diamètre et de 50 m de hauteur, souvent comparé à celui de la cathédrale de Florence édifiée par Brunelleschi 100 ans après...

Les mausolées de Chalabi Oghli (XIVe) et du poète Mollâ Hassan Kâshi (XVIe) méritent aussi une visite.

SUSE

SUSE

Suse, fondée au début de IVe millénaire avant JC est incontestablement l'une des villes les plus anciennes de l'Humanité. Après avoir été longtemps sous domination Elamite, elle devint la capitale de l'empire Achéménide sous Darius Ier. Suse fut ensuite conquise par Alexandre le Grand, dominée ensuite par les Séleucides puis les Parthes. Le déclin inéluctable de la cité s'amorce à l'époque Sassanide. Aujourd'hui, il ne reste que des ruines assez peu lisibles et plutôt réservées aux spécialistes.

TABRIZ

TABRIZ

Tabriz, 1 600 000 habitants, fut sans doute fondée sous l'époque sassanide. Elle est devenue assez vite un pôle commercial important mais fut aussi l'objet de multiples convoitises qui lui valurent bien des vicissitudes. Sa situation géographique en fait une ville cosmopolite où se côtoient Arméniens, Turcs, Persans, Russes... Le monument majeur  est sans conteste la mosquée Bleue au décor en mosaïque de céramiques émaillées, l'un des plus beaux de l'art islamique. On visitera également  le parc Eboli, commencé au XIVe et rénové sous les qâdjârs, la mosquée du Vendredi (époques seldjoukide, ilkhânide et safavide), le bazar, décrit naguère par le peintre Chardin lors de son séjour en Perse.

TAKHT-E SULEYMAN

TAKHT-E SULEYMAN

Occupé depuis l'époque achéménide, Takht-e Suleymân est l'un des lieux les plus sacrés de l'Iran sassanide. Ce site zoroastrien juché sur un plateau de 20m de haut est composé d'une enceinte ovale de 1 200m, munie de deux portes et de trente huit tours rondes. Takht-e Suleymân fut détruite par l'empereur byzantin Heraclius en 624.

TEHRAN

TEHRAN

Tehran, ville de plus de 8 millions d'habitants, devint la capitale de l'Iran en 1786 sous la dynastie Qâdjâr.

Sans être d'une grande beauté, Tehran se déploie à plus de 1000 m d'altitude aux pieds des spectaculaires monts Alborz et recèle plusieurs palais fastueux (palais du Golestân, les palais de Sa'd Abâd, le palais Niâvarân) ainsi que de nombreux musées dont les incontournables musée Archéologique (Irân Bâstân) et musée du Verre et de la Céramique (Abgineh).

TUS

TUS

De Tus, sans doute ancienne cité achéménide, il ne reste que des vestiges de la ville islamique abandonnée au XVe siècle. On y trouve aussi un mausolée du XIIe (Haruniyeh).

Tus est aussi la ville natale de Ferdowsi (X-XIe siècles), l'auteur du "Livre des rois" relatant la Geste des souverains de l'ancienne Perse.

YAZD

YAZD

Yazd fut un carrefour caravanier à la croisée des chemins commerciaux et des voyages, au centre de l'Iran. Situéeau centre de l'Iran, à plus de 1200 m d'altitude, au pied d'une chaîne montagneuse qui l'abreuve en eau, et en même temps aux portes du désert, cette ville de presque 600 000 habitants est un haut lieu du zoroastrisme. On y trouve le temple du feu dont on dit que la flamme est nourrie depuis plus de 1500 ans sans interruption ! On y verra également deux tours du silence, lieu où les corps des défunts étaient exposés à la voracité des oiseaux de proie afin que leur décomposition ne souillât pas la terre des vivants... Mais c'est aussi un lieu où il fait bon se promener dans un décor traditionnel (préservé de la folie moderniste des Pahlavi...) au milieu de magnifiques mosquées et mausolées.

ZANDJAN

ZANDJAN

De Zandjan, 400 000 habitants, on visitera sa mosquée du vendredi et son bazar de l'époque qâdjâre.